La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Balle à blanc

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Dominique Aussenac

Roman fleuve, le dernier ouvrage de Christopher Hope retrace cent ans de vies africaines, de relations entre noirs et blancs. Un livre nourri de passions, violent et sarcastique.

Les Amants de ma mère

De tous les hymnes chantés lors de cette coupe du monde de rugby, celui de l’Afrique du Sud suscite le plus de sympathie. « Et c’est unis que nous serons/ Vivons et luttons pour que la liberté triomphe en Afrique du Sud, notre nation » ; les dernières paroles de Nikosi Sikelel’iAfrika enflamment les stades. Cet hymne composé de cinq langues (xhosa, zulu, sesotho, afrikaans, anglais) combine l’hymne afrikaaner de 1927 et le populaire chant africain anti-apartheid. Après des années de lutte, d’horreur, d’exclusion, l’harmonie entre les peuples apparaît donc enfin en marche… Ombre au tableau, les commentaires peu amènes sur le nouveau régime, d’écrivains sud-africains, jadis opposés à la politique dite d’apartheid. La revue Jeune Afrique les qualifie d’ « écrivains blancs broyant du noir ». Parmi eux, excusez du peu, André Brink, J. M. Coetzee, Nadine Gordimer, Rian Malan ou encore Christopher Hope. Si ce dernier lance avec Les Amants de ma mère un magnifique chant d’amour à l’Afrique, il n’en condamne pas moins, en Afrique du Sud, la violence qui sévit dans les villes, le parcage des élites friquées dans des quartiers de haute sécurité, le maquillage de certains faits historiques, la muséification, la grotesque et terrible propagande qui prétend que le sida peut être guéri avec des plantes africaines, la fermeture des frontières aux réfugiés politiques…
À travers les rapports d’une femme Kathleen Healey et de son fils Alexander nous survolons l’histoire de l’Afrique du Sud. Survolons car la mère pilote des avions d’un bout à l’autre de l’Afrique, chasse le gros gibier tout en étant poursuivie par une meute d’amants. Le fils, narrateur, s’est plus ou moins élevé tout seul avec en miroir un enfant noir que sa mère protège. Mère absente, excentrique, sans préjugés, Alexander adulte, voyagera lui aussi, proposant de par le monde des systèmes de climatisation. L’apartheid vacille, un régime politique nouveau s’installe. Le fils reviendra à Johannesburg accompagner sa mère dans son ultime voyage, observant d’un œil critique les changements, les compromissions, les impostures. D’une écriture ardente, vive, ponctuée d’éclairs de lumière et d’ombres mélancoliques, le roman regorge de formules décapantes mêlant auto-dérision, humour noir et jugements définitifs. « Nous sommes fêlés, dit ma mère. Nous sommes les descendants de mineurs que l’or a rendus fous. Avec à peu près autant de goût ou de jugement qu’on peut l’imaginer. Tout pour la frime. Que veulent les gens ? Ils veulent une mine d’or, six limousines et un énorme château dans les banlieues, avec une clôture électrifiée, une grande piscine et un tas de fusils. C’est ce qu’ils veulent tout autant qu’ils sont. Les Noirs, les Blancs, les Asiatiques, les métis et les Chinois… Et ils le veulent tout de suite. Personne ne sait ce qu’il est censé être : tout le monde fait semblant, c’est du délire. »
Christopher Hope est né en 1944 à Johannesburg, la capitale mondiale de la dynamite....

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €