La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La langue sauvée

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Thierry Cecille

Célèbre dramaturge polonais, Mrozek, censuré dans son pays, vécut, à partir de 1963, en Italie, puis, pendant plus de vingt ans, en France. Alors que la Pologne troquait la prison communiste pour la jungle néo-libérale, il décida, en 1996, de rentrer à Cracovie, ville de sa jeunesse - mais une nouvelle épreuve l’y attendait : en 2002, une hémorragie cérébrale le rendit aphasique. À celui qui avait inventé de multiples personnages qui se manifestaient, sur scène, par la parole, les mots étaient désormais interdits. Afin de les reconquérir peu à peu, il se lança dans cette entreprise : partir à la recherche de ce double d’autrefois, lui-même, qu’il appela Balthazar. Si ces pages, comme il le dit en conclusion, « ont accompli leur œuvre en tant qu’élément de (sa) thérapie », leur intérêt proprement littéraire est plus discutable. Sans doute désirait-il avant tout mettre en phrases des souvenirs, en tentant d’être au plus près de ce qui fut vécu : la première moitié du livre, portant sur son enfance et son adolescence (il est né en 1930), offre donc l’aspect un peu décevant de compte rendu factuel - à l’écriture assez terne - de quelques expériences marquantes, de certaines lectures, de quelques rencontres. La seconde partie de l’œuvre est bien plus intéressante : nous y voyons Mrozek, semblable à certains personnages de Kundera (songeons au jeune héros de La Vie est ailleurs), céder quelque temps à « l’illusion lyrique » des débuts de la Pologne communiste et commencer sa carrière comme journaliste inscrit au Parti. Son enthousiasme relatif fera long feu : il devient dramaturge - à succès - au moment où le pays connaît un « dégel » consécutif à la mort de Staline, mais ce dégel lui-même est très court, et donc illusoire : il ne lui reste plus qu’à s’exiler.

Balthazar de Slavomir Mrozek
Traduit du polonais par Maryla Laurent
Éditions Noir sur Blanc, 234 pages, 18

La langue sauvée Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €