La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La terre meurt

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Thierry Cecille

La Maison sur la dune

C’est un réflexe humain, quand des forces qui nous dépassent mettent à mal l’échafaudage bâti avec peine de nos existences, d’invoquer la fatalité. Ici aussi, dans ce Portugal rural de l’entre-deux-guerres (ce roman fut publié en 1943), les perdants, ceux que la modernisation et la lutte économique laissent de côté, ont cette tentation : « Peut-être que les responsables de sa ruine n’étaient pas les hommes. Ils n’apparaissaient sur ce champ de bataille que comme les armes d’une force supérieure. La vie prenait ainsi à ses yeux, de jour en jour, les proportions d’un combat contre le destin. » Mariano Paulo est le descendant d’une lignée tenace de paysans qui ont su, patiemment, accroître le « domaine » jusqu’à faire partie des « messieurs du village », « ces salauds de richards » que les journaliers miséreux observent avec respect et jalousie. Sur la lande, sur ces « terres désolées » où souffrent des « hameaux solitaires », il connaît et respecte les travaux et les jours, les rythmes des saisons - mais le monde, au-delà de l’horizon maîtrisé, s’accélère. Quand s’annonce « un hiver de famine », il ne peut que considérer avec pitié ceux qu’il ne peut pas payer davantage : « les grossistes s’entendaient entre eux, achetaient le maïs et le vin pour trois fois rien ». La ruine viendra car « se mettait en mouvement un immense engrenage d’intérêts, envahissant les terres sablonneuses des paysans ». Carlos de Oliveira pratique ici (comme ses contemporains Torga ou Tavares Rodrigues) un « nouveau réalisme » qui allie à la perfection l’analyse psychologique et la description épique, les secrets des êtres frustes et la force implacable de l’Histoire en marche.

La Maison sur la dune de Carlos de Oliveira
Traduit du portugais par Françoise Laye
José Corti, 173 pages, 16

La terre meurt Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87 - 6.50 €
LMDA PDF n°87 - 4.00 €