La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Lénine l’artiste

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Éric Dussert

Lénine dada

Pour célébrer le quatre-vingt-dixième anniversaire de la révolution bolchevique (octobre ou novembre 1917 selon le calendrier utilisé), Dominique Noguez réédite l’un de ses maîtres ouvrages, Lénine dada, qui avait en 1989 révolutionné l’histoire politique et artistique du siècle dernier. C’est au détour d’une recherche dans les manuscrits de Tristan Tzara conservés à la bibliothèque Jacques-Doucet à Paris que Dominique Noguez a connu l’illumination : sous ses yeux ébahis, il apparaissait que des poèmes de Tzara étaient de la main du révolutionnaire russe. De quoi revoir nombre de données colportées par les chercheurs (parfois dogmatiques) depuis des décennies. Fondée sur une documentation érudite, l’hypothèse de l’imprégnation réciproque de Tzara et de Lénine valait qu’on s’y penche : même nihilisme, même tendance au passage en force, même mépris des valeurs humanistes… Si l’on suit bien Noguez, les thèses dada et bolchevique étaient faites pour constituer une suite aux burlesques incohérences du père Ubu. Et l’on est frappé par cette révélation que nous fait Noguez de la face cachée de Vladimir Oulianov dit Lénine. L’appétence de ce dernier pour les réjouissances populaires et cabaretières de Paris ou de Zurich n’avait jamais été mise en évidence. Et pour cause, il fallait sauver la sainte face du Grand Homme de la plus grande Révolution de l’Histoire. Par ce biais iconoclaste, mais avec le plus grand sérieux du monde, le joueur qu’est Dominique Noguez nous démontre deux choses : d’abord que la révolution bolchevique fut un beau foutoir - on avait pu le deviner -, ensuite qu’avec un peu d’astuce on pourra toujours faire tout dire aux écrits d’autrui. Voilà pourquoi Lénine dada est digne de devenir le livre de référence de tous les historiens littéraires (lecture obligatoire à l’université).

Lénine dada de Dominique Noguez
La Dilettante, 191 pages, 20

Lénine l’artiste Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €