La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Sur les hauteurs

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Delphine Descaves

Le roman s’ouvre sur la naissance, dans une yourte du Haut-Altaï mongol, d’un petit homme et la mort en couches de sa mère, tandis qu’au dehors, « dans la steppe glaciale et crépusculaire », la chamane hurle des incantations contre ce malheur. Le destin de l’enfant est scellé : choyé par des parents adoptifs, il leur est retiré à l’âge de 7 ans, enlevé par des Mandchous soi-disant envoyés du Ciel, qui œuvrent pour l’élargissement de l’Empire du Milieu. Hynndynn est désormais élevé par une nourrice, Mu Gin Bi. Nouvelle mère adoptive, charismatique et aimante, elle est aussi, avec humilité, le guide, le conseiller de l’enfant et devient la part indispensable de son existence. L’amour entre ces deux personnages est l’une des beautés de ce texte sans cesse attentif à l’exigeante Nature. Si Tschinag, lui-même touva, a les mots pour évoquer par exemple « la pluie, soudaine et lumineuse, ses éclats de verre scintillants, qui se détachaient des nuages (…) en une multitude de gouttes de cristal »,
il retrouve aussi cette Nature dans ses portraits des corps, où la sensualité est un feu parfois torturant.
Devenu adulte, Hynndynn est renvoyé en grande pompe vers sa terre natale, accompagné d’une escorte, de Mu Gin Bi et de sa jeune épouse chinoise, afin d’y accomplir le rapprochement du Haut-Altaï avec la Chine. Mais Hynndynn est encore un Touva, et dès son retour - un des plus beaux passages du livre - il agit pour son peuple, organisant la résistance qui lui sera fatale. Historique mais pas didactique, L’Enfant élu est un roman d’apprentissage réussi : à travers divers protagonistes auxquels il est possible - malgré l’exotisme séduisant des êtres et des lieux - de s’identifier, il nous raconte le sort des êtres de chair qui ont formé un peuple.

L’Enfant élu de Glasan Tschinag
Traduit de l’allemand (Mongolie) par Isabelle Liber
Métailié, 313 pages, 20

Sur les hauteurs Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92
6.50 €
LMDA PDF n°92
4.00 €