La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Venin et merveille

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Richard Blin

Jean Paulhan la publia dans la NRF et dans Mesures, Léon-Paul Fargue la préfaça, séduit par ces Evénements visibles, « titre magnifique, proclamation géante, définition même de la poésie ». Une cathédrale de féeries, des poèmes qui sont, dit-il, « d’une dignité de pyramide et d’une précision d’atome ». Leur auteur est la fille du constructeur automobile Léon Bollée. Née au Mans (1908-1984), élevée au couvent, elle se maria en 1927 avec le comte de Vautibault et commença à écrire en fréquentant le mileu de Montparnasse. Elle y rencontra le peintre américain Julien Binford et le suivit aux États-Unis, en 1936.
Les poèmes ici rassemblés - Le Corpus bonhomme et Les Événements visibles _ datent des années 1930 et relèvent du poème-récit et de l’empire secret que peuvent avoir sur une âme les espaces affleurants de la vie secrète des apparences. « Voyez le désastre du cœur ! Les projets et les besoins abîmés./ Voyez le trou muré qui attend sous chaque fenêtre le corps dévoré d’ambition et d’amour ! » Derrière une imagerie où se repèrent des traces du surréalisme, c’est dans les intervalles du visible que nous entraîne Elisabeth de Vautibault. Là où le sable noir des rêves se marie - dans la lumière nue du hasard _ à l’arc-en-ciel convulsif des désirs et des tentations. Là où la merveille luit dans des paysages cruels, où se nouent et se défont fêtes et drames. Un univers « triomphant d’ironies abîmées », avec des « décortiquements séditieux », des insectes, des sorcières et des diables, de petites débauches et une autre idée de l’amour. Un monde où la tiédeur peut s’allier « aux rampements des attentes », où Jésus s’écrie : « Ne leur pardonnez plus. Voici qu’ils savent ce qu’ils font », et où il est possible de déposer sa tête dans l’eau et de la regarder partir. Une voix très singulière à découvrir comme on recueille l’empreinte bleue de transparences rendues palpables.

Les Événements visibles d’Élisabeth de Vautibault
La Différence, 160 pages, 15

Venin et merveille Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93
6.50 €
LMDA PDF n°93
4.00 €