La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie À contre-pente

juin 2008 | Le Matricule des Anges n°94 | par Richard Blin

La Tête de l’homme

Donner un visage aux mots, les amener à cette forme de transparence que la douleur éveille, accepter qu’il y ait de l’inavouable. Affirmer qu’il y a du Mal, ne pas refouler la réalité de l’horreur, la traquer jusque dans la tête de l’homme - qu’il s’agisse de celui qui agressa Florence Pazzottu dans la nuit du 6 au 7 avril 2001, ou de « celui qui ne se croit qu’une pièce d’un/ des rouages de la machine de mort, robot/ manipulé, soldat docile vide de toute/ pensée/ inconscient toujours de la haine qu’il sert ».
La Tête de l’Homme est le récit de ce qui est arrivé à l’auteur et continue à faire écho dans son corps et sa pensée. Comme si l’impact physique subi, et tout ce qui s’est inscrit dans ses sens à ce moment-là, avait peu à peu pris forme de pensée. Puissance mobilisatrice de l’événement : c’est la courbure de sa vie qui s’impose à Florence Pazzottu, sa géographie physique. Ce sont les forces qui complotent autour d’elle et à l’intérieur d’elle, qui cristallisent en mots, en empreintes et souvenirs. Qui, par contagion, et glissements s’accordent fraternellement à la voix et aux témoignages de tous ceux qui, pris dans le vertige de la catastrophe, ont fait l’expérience du désastre. Nudité du concret, résonances et attente de vérité(s), ce qui est en cause, c’est une certaine hauteur de regard, la Tête de l’homme étant aussi le nom d’une montagne. C’est « ce que l’on croit le propre, qu’on dit soi, ou qu’on nomme/ profond, mon moimême « . Ce sont les cauchemars insensés que l’humain impose à l’humain. C’est la nécessité de penser jusqu’au bout, en dépit « de l’horreur de soi à quoi/ expose, extrême, la pensée, quand elle s’attaque/ au négatif et au néant, à ce qui nie la nie violemment ». Une parole qui se démarque radicalement du ressentiment aveugle, une écriture à « contre-pente », qui est recueil des forces qui résistent à la mort. Une sorte de métaphysique du singulier de l’homme et de l’énigme qu’il est.

La TÊte de l’homme de Florence Pazzottu
Seuil, » Déplacements ", 128 pages, 15

À contre-pente Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°94 , juin 2008.
LMDA papier n°94
6.50 €
LMDA PDF n°94
4.00 €