La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Drieu, désir et désastre

juin 2008 | Le Matricule des Anges n°94 | par Richard Blin

Où l’on découvre un Pierre Drieu La Rochelle (1893-1945) rongé par l’autodénigrement et empêtré dans d’indémêlables rapports d’amour-haine.

Notes pour un roman sur la sexualité (suivi de) Parc Monceau

Les Frères séparés : Drieu Rochelle, Aragon, Malraux face à l’histoire

Drieu La Rochelle, Aragon, Malraux, une fratrie d’écrivains dont les destins et les trajectoires s’interpénètrent, trois frères de jeunesse que l’Histoire séparera. Le premier se fourvoiera dans le fascisme et aura un destin tragique, le deuxième deviendra l’une des icônes du Parti communiste français, le dernier, qui voulait être D’Annunzio ou rien, sera le chantre du gaullisme et le promeneur du musée imaginaire.
Au départ, même aspiration au dandysme et même besoin de réagir à la mort de Dieu et aux impasses désespérantes de la raison. Ce sont leurs itinéraires croisés - sur fond d’affrontements entre révolution et anarchie, communisme et fascisme, résistance et Collaboration - que retrace Maurizio Serra. Le parcours de trois hommes unis et déchirés par leurs passions et leurs démons intérieurs. Trois hommes qui, selon leur génie propre et leur nature profonde chercheront une alternative à l’impuissance ou à l’échec. Ce sera la foi idéologico-amoureuse pour Aragon, la confrontation avec la mort puis son dépassement dans la métamorphose propre à l’art pour Malraux, et l’autodestruction pour Drieu La Rochelle.
Fluctuant, velléitaire, revendiquant sa faiblesse jusqu’à la nausée, se nourrissant d’émotions négatives, et toujours en quête d’impossibles certitudes, Drieu finira par trouver dans le fascisme de collaboration le moyen d’incarner l’image du maudit qu’il se sentait être. Une victime consentante dont les engouements politiques, intellectuels, humains ont plus à voir avec la trahison et l’auto-trahison qu’avec la conviction profonde. Un être à la sensualité torturée, véritable clé de voûte de sa vie intérieure et source d’insolubles conflits avec la réalité (Maurizio Serra parle même d’ « érotisme idéologique »). C’est de ce tempérament libertin que témoignent les Notes pour un roman sur la sexualité.
Présentées à la troisième personne, elles relèvent plus de la confession et de la mise à nu que d’une documentation rassemblée en vue de l’écriture d’un roman, et racontent les débuts - assez désespérants - de sa vie sexuelle. Homme de désir, c’est le corps qui l’attire, celui des prostituées et des femmes mûres, expertes, disponibles. Des Notes où l’on découvre un homme terrorisé par la virginité - « Il aimait les femmes tracées par d’autres »-, tout en faux-fuyants, incapable de maîtriser une situation affective, prisonnier de l’alliance du sexe et de l’argent comme de son érotisme égocentriste et de ses phobies. « Il avait horreur de jouir dans la bouche ou la main d’une femme et somme toute il n’aima jamais cela, à cause de l’ídée qu’il se faisait de la virilité positive et du profond besoin qu’il avait de faire jouir la femme et de ne jouir que dans sa jouissance ». C’est franc - « Les femmes étaient des fantômes affolants et désespérants » -, lucide (« Toute sa vie il devait être haï et indirectement brimé par les homosexuels qui voyaient en lui un récalcitrant, un faux frère », impitoyable. « Complètement anarchiste et athée, il voyait dans les jouissances un moyen de destruction qui précédait de peu la blessure, l’agonie et la mort ».
Une mort par suicide au gaz dont il fera un geste d’orgueil et de défi plutôt que de désespoir ou de honte.

Notes pour un roman sur la sexualité
Pierre Drieu La Rochelle
Édition établie et présentée par Julien Hervier
Gallimard, 104 pages, 11

Les Frères séparés
Maurizio Serra
La Table ronde, 328 pages, 23

Drieu, désir et désastre Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°94 , juin 2008.
LMDA papier n°94
6.50 €
LMDA PDF n°94
4.00 €