La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’autre piéton de Paris

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Anthony Dufraisse

Paris, mon pote

Comment doit-on appeler les fidèles de Robert Giraud (1921-1997), Bob pour les intimes ? Giraudiens, giraudistes ? Quelle que soit l’appellation autorisée, il faut savoir qu’Olivier Bailly compte parmi les fervents d’entre les fervents. C’est lui qui introduit ce recueil avec un portrait fort bien troussé resituant ce personnage un peu oublié. À raison on parle de Giraud comme d’un arpenteur du macadam, éminent piéton de Paname. Mais de quel Paris parle-t-on ? Le sien n’est certainement pas le nôtre. Son Paris à lui, en noir et blanc, n’existe plus que sur péloche. C’était l’époque où la Défense ne donnait pas encore le vertige, où les Halles étaient à creuser. Le Paris de Giraud, c’est celui de Doisneau, son compère en déambulations nocturnes, son acolyte en « traînasseries ». Pour Doisneau, dont on peut voir en couverture l’un des clichés qu’il a pris de son Robert de copain, Giraud jouera les cicérones by night. C’est ensemble qu’ils fricoteront avec la faune interlope du sous-Paris, celui des bas-fonds. Faut dire que Giraud a un carnet d’adresse épais comme ça : les mendigots, les galériens, les pousseurs de chansonnette qui courent le cacheton, les mauvais garçons, les dames de petite vertu au grand cœur et autres pochtrons, c’est son rayon. Dans ce livre, on rencontre quelques-uns de ces personnages originaux, en marge, croqués sur le pouce par un Giraud qui nous tient la menotte, de Montreuil au Pont-des-Arts en longeant le canal Saint-Martin. Refusées par Denoël dans les années 60, ces chroniques parisiennes nous font joliment patienter : bientôt, en effet, doit sortir une biographie signée Bailly, qui, promis juré, nous dira tout sur Robert.

Paris, mon pote de Robert Giraud
Le Dilettante, 157 pages, 17

L’autre piéton de Paris Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €