La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie La ravine

novembre 2008 | Le Matricule des Anges n°98 | par Richard Blin

Auteur d’une œuvre aussi fulgurante qu’abondante, Sergueï Essenine (1895-1915) fut un poète maudit. Avec son visage d’ange, ses poses de paysan ou de dandy, ses beuveries, ses aventures amoureuses où se mêlent le mariage (dont un avec Isadora Duncan, la danseuse aux pieds nus) et ses passions homosexuelles, il eut une existence frénétique qui s’acheva sur un suicide, à l’âge de 30 ans. Supérieurement indocile, épris d’absolu, homme des partances et de la fièvre des haltes intensément vécues, la poésie d’Essenine - L’Homme noir (Circé, 2005), et le Journal d’un poète (La Différence, 2004) - irradie de vie exultante et d’un lyrisme sensoriel où s’enchaînent élans expressionnistes, mysticisme et nihilisme. Une façon de respirer le monde, de faire surgir la réalité, d’accélérer la perception, de dramatiser l’émotion, dont témoigne La Ravine, un texte en prose, écrit à 18 ans, et aujourd’hui présenté dans sa première traduction française.
La Ravine est un village ressemblant beaucoup à celui dans lequel Essenine vécut en sauvageon jusqu’à l’adolescence. Un village de la Grande-Russie traditionnelle, un pays d’eau, de bouleaux et de merisiers, d’isbas et de loups, de popes et de samovar. Une Russie à la fois païenne et chrétienne, imprégnée de forces primitives et rituelles. La vie y est rude, l’épique y côtoie le grotesque, et l’odeur du chou celle des blinis. L’ivresse y est une façon de résister au néant, au froid, à la solitude. C’est cette « réalité rugueuse », qu’en rimbaldien, Essenine étreint. Nourri de contes, de récits populaires, de romances, son texte en orchestre les thèmes et les motifs : l’amour malheureux, le départ, l’adieu au monde… La geste des travaux, les drames, le mal comme l’innocence primitive, c’est l’émotion mariée à l’insolence métaphysique que chante ici, un Essenine qui bientôt partira à la ville mais ne cessera jamais de chanter sa nostalgie de la Russie des bois. « Je suis ton seul chantre, j’ai nourri/ La tristesse de mes vers bestiaux/ Avec de la menthe et du réséda ».

La ravine
de serguei essenine
Editions Harpo &, 160 pages, 30

La ravine Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°98 , novembre 2008.
LMDA papier n°98
6.50 €
LMDA PDF n°98
4.00 €