La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Triling

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Emmanuel Laugier

Traducteur et poète, Jean-René Lassalle propose avec Triling une série de poèmes en trois langues, le français, l’anglais et l’allemand. Mais l’opération, pour l’auteur qui en est familier, ne consiste pas seulement en une autotraduction successive. La première version française (maternelle), de dix-huit vers, est d’abord traduite en anglais, l’ordre de succession des vers y étant alors redéployé selon des nécessités de réagencements syntaxiques et sémantiques. La même opération est reconduite vers l’allemand, avec les mêmes contraintes, cette dernière allant, comme un dernier reflet, reformer, in fine, les dix-huit vers du poème initial. Pour nous, la version initiale est donc à jamais perdue et seule celle, modifiée par trois fois, nous renvient, précisément écartée de ce qui la fit naître. La perte de l’origine et celle de l’innocence d’une langue naturelle ou donnée est ici le moteur d’une sorte d’« hologramme mouvant en trois dimensions dont la forme évolue dans le temps ou selon qu’on regarde d’une facette à l’autre », selon les mots de Jean-René Lassalle. Cette sorte de radiographie de langues fait pousser sur la lande des mots familiers/étrangers un relief, en révélant les pulsations inédites. S’il aurait été peut-être plus probant, pour de simples raisons de comparaisons, d’avoir sous les yeux la version initiale de chaque poème, on comprend néanmoins que l’auteur ait voulu sa disparition totale et nous laisser seul avec le matériau excavé de ses différents passages. La machinerie Triling, loin de celle des traductions électroniques, souvent plates, et dont les décalages comiques restent monotones, aura cherché, selon le programme de Walter Benjamin dans « La tâche du traducteur » à « faire mûrir le germe du pur langage au sein de la traduction ». Ou encore, d’utiliser l’autotraduction comme une métamorphose poétique en tant que telle : entendons là commencer et s’ouvrir par une " augmentation du taux de spectres battants/ dans cette géométrie qui passe/ à penser son réseau translucide/ somme des objets i

TRILING
de JEAN-RENÉ LASSALLE
Cynthia 3000, non paginé, 9

Triling Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103 - 6.50 €
LMDA PDF n°103 - 4.00 €