La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Wajdi Mouawad
Le visage odyssée

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Etienne Leterrier-Grimal

Wadji Mouawad a toujours considéré l’envie de raconter des histoires comme une nécessité première dans son écriture. Un besoin qui fait en même temps de la scène le lieu d’une révélation, le lieu où ce qui est caché dans les replis du récit se montre, et où ce qui était latent se manifeste, comme si l’écriture donnait par là même à la scène les pouvoirs du rituel et de l’investigation.

Il demeure chez Wajdi Mouawad comme la trace d’une enfance, qui évoque la dernière phrase de ce livre, retraçant la création du Sang des promesses : « L’enfance / Qui est le véritable pays / Celui où l’on n’arrive jamais ». Il y a aussi une douceur et une grande disponibilité chez lui, en dépit de la fin des répétitions de Ciels et de la fatigue préalable au Festival d’Avignon. Sous le cerisier de ce gîte où, en plein soleil, nous le retrouvons allongé dans un hamac, il parle d’une voix basse, parfois hésitante, les yeux fixés sur un point absent, avant de s’animer parfois pour une réponse et de digresser alors dans une métaphore ou une anecdote qui ne le ramènent que plus sûrement à la question initiale, mais toujours en dernier lieu. On est alors saisi par le contraste qu’il y a entre ses hésitations et son goût pour le récit, qui donne parfois à ses réponses comme une sorte de vie propre. Mais s’il s’excuse de son bavardage et demande parfois qu’on l’interrompe, c’est avant tout parce que transparaît surtout chez lui comme un besoin de silence.

Wajdi Mouawad, votre théâtre est le théâtre d’une quête des origines, que vos personnages s’en vont chercher. Vous citez, en épigraphe de votre pièce Littoral cette phrase d’Hölderlin : « Nous ne sommes rien, c’est ce que nous cherchons qui est tout ». Que dit cette phrase de votre écriture ?
Elle me renvoie instinctivement à l’idée d’odyssée. J’ai cru longtemps que j’étais en quête, jusqu’à ce que je comprenne qu’en fait, non. L’odyssée, c’est être loin et essayer de rentrer à la maison. En se disant que le chemin est perdu, mais que ce n’est pas parce qu’il est perdu qu’il n’y a plus de chemin. Donc, comment trouver le chemin ? Le chemin, pour moi, ce sont les sensations. À partir de là, la notion d’identité devient une notion extrêmement sensible, intuitive, et pas une question sociologique. On me demande souvent : « Vous êtes né au Liban, vous avez vécu en France, vous avez appris le français en France, le théâtre au Québec : d’où êtes-vous ? » Cette question a longtemps été pénible pour moi car elle me renvoyait à quelque chose que je n’arrivais pas à nommer et, donc, à laquelle je ne pouvais pas répondre. J’ai fini par formuler ce « concept » il y a cinq ou six ans en me disant que nous avions tous dans la vie des « non advenus ». Pour moi, le « non advenu », c’est de pouvoir dire « Là, c’est chez moi ». Je peux dire qu’un lieu précis m’a touché, que je m’y suis déjà senti bien, mais c’est tout. Par contre, je peux répondre à la question « où êtes-vous le mieux ? » : je suis bien, là, dans un jardin, au soleil… Et pour moi, c’est intéressant car la question du « chez soi » devient du coup quelque chose de sensible, quelque chose où la nature a sa place. Voilà une façon de trouver le chemin, de rentrer chez soi. Ce n’est peut-être pas le chemin d’où on est parti, mais il est beau. Et finalement, il devient votre rapport au monde, et je n’ai pas nécessairement envie...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?