La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Marie Ndiaye
Écrire, quoi d’autre ?

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Lucie Clair

Il y a vingt-cinq ans, avec une voix singulière, et sans concession, Marie Ndiaye s’est dédiée à la belle ambition d’exhumer l’indicible de chaque parcours de vie confronté au mal. Trois femmes puissantes enraye la fatalité et prolonge le chant de l’âme.

Il est certaines choses dont on est sûr à propos de Marie Ndiaye. La première est, que, s’il n’en reste que quelques-un(e)s, elle sera de ceux-là, qui traversent les époques - sachant saisir notre condition humaine, ses rêves, ses forces, ses délicatesses et ses turpitudes, en vérité, par la grâce d’une langue unique. La seconde est que, vous narrer sa vie relève de la gageure, ou de l’indiscrétion, que l’on ne peut, face à sa retenue et ses sourires de pure plénitude, que se ranger à ce que semblent dire la maison aux murs colorés, la vision fugitive des deux garçons attablés devant un jeu, le visage empreint d’un sérieux émouvant pour leur âge, dans la lumière qui filtre du jardin : les gens heureux n’ont pas d’histoire. Resterait alors à vous faire partager le plaisir de rester là, dans la richesse du silence, dire la paix qui règne ici et la préserver. Mais voilà : cela ne suffirait pas à rendre justice. L’accueil est si simple, si chaleureux, et puis, l’on a fait ces heures de train pour rejoindre les rives de la Garonne, il faut donc s’acquitter de sa tâche, sans trop employer de superlatifs qui feraient hausser les sourcils, voire les épau- les - en notre époque blasée, on a perdu la foi. Quoique - c’est peut-être l’occasion de la retrouver.
Talentueuse Marie Ndiaye. Et ce, dès son - si précoce - premier roman, le bien nommé Quant au riche avenir (1985). Elle a 17 ans lorsqu’elle dépose l’ouvrage au secrétariat des Éditions de Minuit, ne connaît pas plus le catalogue de la maison prestigieuse - Beckett ne lui dit rien encore, Duras tout juste, pour avoir reçu le Goncourt avec L’Amant l’année précédente - et le souvenir se teinte d’un premier sourire placide face à l’assurance de l’adolescente qu’elle était. « J’étais contente mais ça ne me semblait pas être miraculeux, ou une chance incroyable. Je n’avais jamais rencontré de personne qui écrivait, je n’avais pas la moindre idée de ce à quoi ressemblait le monde de l’édition. On était très loin de ça… Ce n’était même pas de l’audace, il me semblait que c’était simplement normal que, quand on avait écrit un livre, on le propose, et qu’on l’accepte et le publie. Dans mon esprit d’alors parce que j’étais très naïve, très ignorante de tout ça, c’était simplement dans l’ordre des choses. »
Pour autant, avant d’être un grand écrivain - ce qu’elle confirmera rapidement - Marie Ndiaye est une jeune fille porteuse d’un regard tout de connaissance - on voudrait dire de sagesse -avec cette étonnante étude de l’esprit d’un jeune homme. Écrivain déjà, donc, forte de sa lucidité sur la nature humaine, ses complexités et ses enjeux. On est loin de la chance du débutant, comme de l’enfant-prodige, elle ne s’y est pas trompée, ne nous en rendra pas dupe. Avant d’être un métier, écrire est un travail, elle s’y est frottée, en a pris la mesure, a cherché la sienne, pour produire ce petit bijou de rigueur, de style et de perspicacité. « Ça a été un premier livre édité, mais ce n’était pas du...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €