La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Marie Ndiaye
Tenir tête

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Lucie Clair

Le dixième roman de Marie Ndiaye, Trois femmes puissantes, éclaire les ultimes territoires de l’être où l’humanité persiste, envers et contre tout.

En anglais cela se nomme « fortitu- de », en français, on dirait « force d’âme », pour cette part d’irréductible que les épreuves convoquent, et dont à chaque fois on se demande si elle sera encore là, quand le funeste s’acharne. Norah, Fanta et Khady affrontent chacune, entre la France et le Sénégal, les récidives d’un sort qui semble vouloir les attraper au vol, les épingler en une issue fatale, les engluer à jamais dans la détresse, matérielle ou psychologique. Trois femmes, trois récits, trois façons de mobiliser ses ressources et faire face, malgré « peur et doutes, malaise et désenchantement ».
Appelée à Dakar auprès de son père sénégalais qu’elle n’a quasiment plus revu depuis qu’il a enlevé son frère, Norah défie la douleur et la honte des blessures infligées par « le démon qui s’était assis sur le ventre » de chaque membre de la famille depuis que le lien a été brisé, alors qu’avocate, elle doit défendre ce frère accusé de meurtre.
Le deuxième récit est bâti comme un suspense - on se demande longtemps quelle faute est cachée, ce qu’a fait Rudy Descas pour perdre sa vie de vue de manière aussi radicale, et où et quand sa femme Fanta est encore puissante - « elle qui avait lutté si bravement depuis l’enfance pour devenir un être instruit et cultivé, pour sortir de l’interminable réalité, si froide, si monotone, de l’indigence », devenir professeur de littérature dans un lycée chic pour enfants de diplomates et d’expatriés, et dont sa vie d’exilée en France la réduit à un réel à peine plus avantageux que sa déshérence antérieure.
« Ce que c’était exactement que cela, l’Europe, et où cela se trouvait, elle remettait à plus tard de l’apprendre » : l’héroïne migrante du troisième récit est Khady Demba, jeune veuve sans progéniture, emblème de ces femmes privées de la protection d’un mari, d’un fils, les plus vulnérables qui soient (celles que l’on brûle encore avec l’époux défunt en Inde et au Pakistan). « Une corde tendue à l’extrême, vibrante, solide », tenue par un sentiment d’intégrité indéfectible, par son histoire, sa force d’être vivant et unique, alors qu’elle se trouve engagée dans le périple terrifiant des clandestins - passagers de la misère pour qui « le voyage pouvait durer des mois, des années ».
À la croisée de ces histoires, la flèche de l’exil révèle la façon dont le monde nous fragilise lorsqu’il nous déplace loin de nos désirs, rêves, positions.
Trois récits, reliés presque secrètement. Le personnage de Khady Demba, par ses points d’ancrage auprès des deux autres femmes (elle est servante chez le père de Norah, cousine par alliance de Fanta) agit comme la clé de voûte du livre, et contribue à nous offrir, dans une prise de vue vertigineuse, plusieurs facettes d’une réalité sociale et politique - et l’on pense à certain découpage cinématographique, tel celui de Short cuts, de Robert Altman et à sa formidable efficacité narrative.
Car Trois femmes puissantes transcende les...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €