La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Marie Ndiaye

A propos

Écrire, quoi d'autre ? Il y a vingt-cinq ans, avec une voix singulière, et sans concession, Marie Ndiaye s’est dédiée à la belle ambition d’exhumer l’indicible de chaque parcours de vie confronté au mal. Trois femmes puissantes enraye la fatalité et prolonge le chant de l’âme. Il est certaines choses dont on est sûr à propos de Marie Ndiaye. La première est, que, s’il n’en reste que quelques-un(e)s, elle sera de ceux-là, qui traversent les époques - sachant saisir notre condition humaine, ses rêves, ses forces, ses délicatesses et ses turpitudes, en vérité, par la grâce d’une langue unique. La seconde est que, vous narrer sa vie relève de la gageure, ou de l’indiscrétion, que l’on ne peut, face à sa retenue et ses sourires de pure plénitude, que se ranger à ce que semblent dire la maison aux murs colorés, la vision fugitive des deux garçons attablés devant un...
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107

Tenir tête

Le dixième roman de Marie Ndiaye, Trois femmes puissantes, éclaire les ultimes territoires de l’être où l’humanité persiste, envers et contre tout. En anglais cela se nomme « fortitu- de », en français, on dirait « force d’âme », pour cette part d’irréductible que les épreuves convoquent, et dont à chaque fois on se demande si elle sera encore là, quand le funeste s’acharne. Norah, Fanta et Khady affrontent chacune, entre la France et le Sénégal, les récidives d’un sort qui semble vouloir les attraper au vol, les épingler en une issue...
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107

La discrète empathie

Puisant sa matière directement à la source des vies et des destins qu’elle croise, Marie Ndiaye a su développer une voix littéraire libérée des tentations compassionnelles : ou comment être au plus près de la vérité de notre proximité d’humains. C’est une vaste maison face à la mairie du village, en fait l’ancien café-hôtel, restauré. Des murs avec des frises au pochoir, des tableaux et sculptures en héritage de l’art brut, un grand billard, une table ovale, un bar, un frigo jaune, un mur de bibliothèque parsemé de plaques de noms - botaniques - de vaches nées en Normandie et « auxquels les enfants tiennent », de grandes pièces au...
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Mon coeur à l’étroit
de Marie Ndiaye
2007
Lmda N°81 Dans ses romans, Marie NDiaye cherche à capter la part d’étrangeté qui gît au fond des vies en apparence tranquilles, toujours guettées par le dérèglement. Nouvelle variation avec « Mon cœur à l’étroit ». Certains d’entre nous consacrent une bonne part de leur énergie à se bâtir une vie enviable, désirable. Ils s’efforcent d’accéder à la reconnaissance professionnelle, de se parer de maints signes extérieurs de distinction sociale, ou de signes plus subtils encore parce que décelables par les seuls initiés, des options intellectuelles, voire spirituelles qui les élèvent au-dessus de la masse...
Face au tableau noir
mars 2007
Autoportrait en vert
de Marie Ndiaye
2005
Lmda N°59 Une fois de plus, Marie Ndiaye échappe aux genres fixés, à une fausse vérité trop hâtivement offerte. Elle nous entraîne sur un chemin qui lui est propre, et qu’elle semble frayer à mesure qu’elle écrit. Le titre, énigmatique, délimite ici un territoire littéraire : il ne s’agira pas d’une autobiographie mais d’un autoportrait « en vert » : indication picturale ? ou bien faut-il, avec quelque malice, entendre « au vert », le récit débutant en effet dans un village, quelque part au bord de la Garonne ? On croit savoir Marie Ndiaye peu portée aux confidences, rétive, même, presque muette, face...
Que sais-je ?
janvier 2005
Rien d’humain
de Marie Ndiaye
2004
Lmda N°55 Sollicitées par la Comédie de Valence, quatre femmes dramaturges proposent quatre variations dérangeantes autour de nos chers fantômes. Les fantômes errent dans les limbes attendant avant d’atteindre le repos. Les fantômes sont des intranquilles qui viennent nous houspiller avec leur besace pleine de tout ce qui n’est pas réglé. Les fantômes sont chez eux au théâtre où acteurs, metteurs en scène, auteurs ne cessent d’exposer, de parler, de se confronter avec ce qui ne doit pas être dit, ce qui ne doit pas être pensé, ce qui...
Nos intranquilles ombres
juillet 2004