La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Par effraction

novembre 2009 | Le Matricule des Anges n°108 | par Camille Decisier

Le nouvel ouvrage de la romancière et traductrice Hélène Frappat a pour lui une cohérence poussée à l’extrême entre le fond et la forme, entre l’écriture et son propos. Les personnages qui l’animent (grande bourgeoisie provinciale), les types de paysages dans lesquels ils évoluent (abords du lac Léman, luxueux appartement parisien, manoir champenois, innombrables villégiatures ad hoc) et l’écriture, précieuse à souhait, qui manipule l’ensemble, ne sont pas spécialement faits pour inspirer notre sympathie. Une curiosité, pourtant, pousse à prolonger la lecture, sans doute grâce à l’avertissement formulé par une prometteuse quatrième de couverture, laconique comme on les aimerait plus souvent : « Si tu n’entres pas dans ma chambre, je n’entrerai pas dans tes pensées. » Il y a là la trace d’une effraction, une vague résonance télépathique ainsi que l’imminence d’un drame. Trois éléments auxquels va, de fait, se confronter le narrateur, en visionnant de vieux films de famille achetés aux puces de Clignancourt pour une cinquantaine d’euros. S’entremêlent alors, sans que les raisons en soient jamais clairement établies, l’histoire d’Aurore, l’héroïne filmée sans répit par son père puis par son fiancé, celle de A., jeune télépathe, et enfin celle de Sabrina, qui s’introduit de nuit dans des appartements étrangers. Une équivoque naît alors concernant l’identité des unes et des autres, jusqu’aux dernières pages dans lesquelles intervient le drame pressenti plus haut, qui signera un acte majeur de libération… La position la plus intéressante, et malheureusement la moins développée, est celle du « spectateur accidentel » des trente années de la vie d’une autre. Quant au reste… On est en présence d’un joli paquet trop bien enrubanné pour parvenir à semer ne serait-ce qu’un grain de trouble. D’autres effractions, de nos jours, se produisent quotidiennement, qui retiendront davantage notre attention que ce minime cambriolage intime qui aurait tout aussi bien pu ne jamais avoir lieu.

Par effraction
de Hélène Frappat
Allia, 125 pages, 6,10

Par effraction Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°108 , novembre 2009.
LMDA papier n°108 - 6.50 €
LMDA PDF n°108 - 4.00 €