La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Le Shakespeare de la peinture

novembre 2009 | Le Matricule des Anges n°108 | par Richard Blin

Avec cette nouvelle édition du Journal de Delacroix - refaite sur les manuscrits originaux et bénéficiant des dernières découvertes - c’est l’âme et les secrets d’une esthétique qui nous sont dévoilés.

Journal Vol. 1 et 2

D’un Journal - et sans doute plus encore lorsqu’il s’agit de celui d’un artiste - on espère toujours qu’il va nous donner l’homme derrière l’auteur, nous introduire dans l’intimité de la personne. Rien de cela ici, ou si peu. Ni narcissisme, ni révélations. Rien, par exemple, sur le père dont on dit qu’il n’aurait peut-être pas été Charles Delacroix, ministre des Affaires extérieures, mais Talleyrand, qui lui succéda d’ailleurs à ce poste. Rien non plus sur d’éventuelles amours secrètes. Pas de confession donc, mais le désir d’assagir ses tourments intérieurs - « Ce papier me reprochera mes variations » -, d’offrir un exutoire à des préoccupations d’ordre métaphysique. « Je suis un homme. Qu’est-ce que ce Je  ? Qu’est-ce qu’un homme  ? ». Eugène Delacroix a 24 ans quand il commence son Journal, le 3 septembre 1822, jour anniversaire de la mort de sa mère, et début « officiel » de sa carrière, son premier grand tableau, Dante et Virgile, venant d’être acheté par l’État.
Tenir un journal lui apparaît comme le seul moyen d’avoir un peu prise sur sa vie et sur son passé. « Ma mémoire s’enfuit tellement de jour en jour que je ne suis plus le maître de rien : ni du passé que j’oublie, ni à peine du présent, où je suis presque toujours tellement occupé d’une chose, que je perds de vue, ou crains de perdre, ce que je devrais faire ». Pourtant ce Journal, il va brusquement l’interrompre, en 1824, comme s’il avait finalement mieux à faire. Peindre sans doute, peindre comme un enragé : des combats aux allures d’épopée, des fresques exotiques, des scènes mythologiques, des décorations murales. Il va peindre toutes les passions, toutes les démences, toutes les aspirations - la cruauté, la fureur, l’extase, la douleur ; le sérail, les barricades, des filles nues, des bêtes fauves, des naufrages, des scènes bibliques (De-la-croix ?…). Enlèvements, batailles, massacres que son art rend avec cette originalité, cette puissance, ce relief ardent qu’ont loués Gautier, Dumas, Baudelaire surtout : « Delacroix, lac de sang, hanté des mauvais anges ». Et puis soudain, en 1847, il reprend son Journal, qu’il tiendra jusqu’à sa mort, en 1863. Sans explication, sans un mot sur les vingt-trois années qui viennent de s’écouler.
Mais entre-temps, en 1832, il a effectué un voyage de six mois au Maghreb et en Andalousie, au cours duquel il a tenu non pas un Journal mais des carnets, qui nous sont ici donnés. Plus qu’intéressants parce qu’un style s’y cherche, entre notes prises sur le vif, recension de formes et de couleurs, relations d’événements, remarques diverses sur les mœurs et les coutumes. Et c’est un œil qui parle. Delacroix ne décrit pas ce qu’il voit, il donne à voir. Chaque scène est une aquarelle virtuelle - nonobstant celles qu’il réalisa réellement. « Une jeune négresse accourant par une petite rue. Tétons sous la chemise », un homme nu arrangeant son vêtement près d’un tombeau, un cheval blanc se reposant sous des orangers, le jeu d’ombres des...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°108
6.50 €
LMDA PDF n°108
4.00 €