La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Suites byzantines

février 2010 | Le Matricule des Anges n°110 | par Thierry Cecille

Il arrive parfois que les adultes abandonnent sur le chemin le paquet qu’ils portent sur leurs épaules et que les enfants qui les suivent trébuchent dessus ou le ramassent «  : pour les uns ce sont de douloureux secrets passionnels, pour les autres les espoirs perdus ou les rancœurs qu’accumulèrent les générations passées. Pour l’auteur, ici, ou plutôt pour l’enfant qu’elle fut (elle choisit, dans un premier temps, de parler d’elle à distance, en usant de la troisième personne, comme Sarraute dans son Enfance), c’est entre les langues qu’il faut, pour entrer dans la vie, se frayer un chemin. Nous sommes à Istanbul, vers la fin des années 50 (l’enfant est née en 1946), dans une famille de la bourgeoisie juive (le père possède une petite entreprise de filature de coton) : autour d’elle se mêlent donc le ladino, ce judéo-espagnol qui est un héritage de l’exil d’Al-Andalus, l’allemand auquel demeure attachée la mère - malgré, murmure-t-on en secret, » ce qui s’est passé « - le français que pratique le père et - bien sûr - le turc, au-delà des murs protecteurs de la maison, dans les rues de la ville énorme, à l’école où le regard omniscient d’Atatürk surveille le moindre de vos actes… Ajoutant une seconde partie, plus personnelle encore (elle y emploie le je), aux premiers textes qu’elle publia en 2003 sous le titre Suite Byzantine, Rosie Pinhas-Delpuech décrit avec une sensibilité attentive et une perspicace nostalgie scènes et personnages de ce monde perdu, l’Istanbul véritablement multiculturel où cohabitaient Juifs et Arméniens, Grecs et Russes blancs, élite stambouliote et villageois rustauds venus des profondeurs du vaste pays. Nous y suivons l’enfant, tous les sens aux aguets, de la maison natale, dans cette ruelle poétiquement nommée poyraz sokak, » rue du vent du nord ", à l’île d’Antigoni/Burgaz, villégiature estivale où demeurait Sait Faik, grand nouvelliste que l’auteur, demeurant ainsi fidèle à la langue turque, traduit aujourd’hui. Puis un jour l’enfance prend fin : il lui faut, pour entrer au lycée franç

SUITES BYZANTINES
de ROSIE PINHAS-DELPUECH
Bleu autour, 173 pages, 15

Suites byzantines Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°110 , février 2010.
LMDA papier n°110
6.50 €
LMDA PDF n°110
4.00 €