La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Sciences morales

mai 2010 | Le Matricule des Anges n°113 | par Thierry Guinhut

Sciences morales

Comment rendre, après Duchamp, un urinoir intéressant ? Martin Kohan l’a fait, décrivant méticuleusement forme, blancheur et traces d’utilisation, grâce aux yeux de Marita, qui n’est pas critique d’art contemporain, mais surveillante du Colegio National, à Buenos Aires, en 1982. La discipline est impeccable : pas un cheveu ne doit dépasser. Grâce en soi rendue à la patrie et à sa morale virile ! Marita est une employée modèle, félicitée par le surveillant général, Mr Biasutto, spécialiste es traque de la « subversion » et dont les « listes noires » sont secrètement célèbres. À la recherche d’un « principe d’innocence ou un principe de méchanceté », elle scrute les élèves, au point que soupçonnant une odeur de tabac illicite, elle inspecte les toilettes. Une fascination scabreuse entraîne la pédagogue à l’excès de zèle, cachée dans un cabinet pendant des heures, des jours, pour surprendre le fautif. Deviner quel garçon vient uriner, puis uriner en même temps que lui avec un plaisir incompris, devient alors l’enjeu, l’acmé de sa mission et de son intimité. Jusqu’à ce que Mr Biasutto la surprenne dans l’exercice de son devoir. Un rendez-vous galant dans un bar s’en suivra. Mais aussi une rituelle agression sexuelle dans ces mêmes cabinets… Depuis le « trou » de l’encrier, sans parler de la « chose » des garçons, allusions et métaphores abondent à mesure de l’initiation à la féminité de cette victime consentante à la conscience fermée. Seul l’échec de la Guerre des Malouines mettra fin à la carrière éducative des protagonistes. Le narrateur employant la langue du nationalisme argentin sans ironie apparente, ce patriotisme paraîtrait surréaliste s’il n’était si réaliste, entre cours d’Histoire et serment au drapeau. Mais l’on devine que ce langage est mis à mal par cette pièce du puzzle totalitaire qu’est Marita, métaphore de tout un système politique. Par sa rectitude coincée, son jugement critique absent, son obsession pathologique de la surveillance, elle est l’agent

SCIENCES MORALES
DE MARTIN KOHAN
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Gabriel Iaculli, Seuil, 204 pages, 19,50

Sciences morales Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°113 , mai 2010.
LMDA papier n°113
6.50 €
LMDA PDF n°113
4.00 €