La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Ô rage d’acier

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Anthony Dufraisse

Bien plus qu’un simple polar historique, cette affaire policière signée Patrick Pécherot donne lieu à un témoignage d’un réalisme saisissant sur
la Grande Guerre.
Au printemps 1917, le Chemin des Dames porte mal son nom ; c’est chemin des damnés qu’il faudrait dire tant les troupes allemandes et françaises s’étripent dans ce paysage à la fois lunaire et boueux où se livre alors une des plus importantes séquences de la Grande Guerre. Là, les poilus ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, pantins désarticulés et silhouettes spectrales. Chair à pâtée, à canon, à portée d’artillerie et de baïonnette ennemis, « de la terre dans la bouche et les tripes à l’air ». C’est là, lors d’un énième assaut vers les lignes allemandes, que le lieutenant Landry mord la poussière, tué net d’une balle… dans le dos. Au sommet de la hiérarchie, on soupçonne le règlement de comptes et on prépare le peloton d’exécution pour le coupable tout désigné, le dénommé Antoine Jonas, baptisé Tranchecaille par ses camarades.
Si l’enquête menée par son avocat le Capitaine Duparc pour démêler le vrai du faux dans cette affaire est fort bien ficelée, le livre cependant ne s’y résume pas. Roman policier bel et bien, mais pas que. En posant son chevalet, sa toile et ses pinceaux au beau milieu de ce théâtre d’affrontements, Pécherot donne à voir un tableau qui fait bonne figure à côté des grands témoignages de guerre signés Barbusse, Genevoix, Dorgelès (ce dernier apparaissant fugitivement page 112). Tableau d’une époque qui, en première ligne, s’anesthésie à grandes rasades de tord-boyaux et, à l’arrière, s’intoxique de propagande verbeuse. D’une époque littéralement casse-gueule puisqu’elle fabrique en série des trognes cassées, aussi concassées que des œuvres cubistes. Dans ce polar historique, la mort œuvre sans répit sur les champs de bataille, éparpillant façon puzzle, pour parler comme Audiard, la fine fleur de la nation qui trois ans auparavant partait la fleurette au fusil. Éclats de voix et d’obus se répondent au fil d’un récit où plusieurs personnages, le temps d’un interrogatoire mené par Duparc, assument la fonction de narrateur, et chacun dans un registre de langue qui lui est propre. Ménageant habilement suspens et rebondissements, Pécherot mène surtout, et probablement au terme d’une longue documentation, un véritable travail de reconstitution historique. Ses scènes de guerre, on s’y croirait. La zone du front, ce cimetière à ciel ouvert, ce mouroir à gros débit, nous y sommes. En plein dedans. Quant à Jonas-Tranchecaille, « il aurait jamais dû se retrouver là-dedans », estime un caporal auditionné. C’est que Jonas apparaît à nombre de ceux qui l’ont côtoyé comme un drôle d’oiseau, mi-hurluberlu mi-tête de pioche. Mais l’état-major, tout à sa parano traqueuse de mutins, entend prouver au contraire que Jonas est un simulateur de génie qui cache un mauvais patriote. Jonas tel Janus, à double face ? Pécherot entretient l’ambiguïté jusqu’au bout, laissant le lecteur se forger une opinion.
Mais que Jonas soit un « imbécile authentique » ou une « fieffée canaille » importe somme toute assez peu, ce personnage n’étant jamais qu’un prisme, le symbole d’« un être pris dans la mécanique du destin ». C’est lui qui trinque mais ç’aurait tout aussi bien pu être un autre. L’essentiel pour l’auteur c’est de montrer la valse-hésitation des émotions, des sentiments qui, par temps belliqueux, ne peuvent être que mêlés, souillés. Rien, dans la boue, ne reste immaculé. C’est que la violence des hommes est une drôle de marieuse ; elle apparie, entre deux orages d’acier, les sentiments les plus éloignés, les plus contradictoires. Pour preuve ce livre, à la fois requiem pour les macchabées et berceuse pour les survivants.

Tranchecaille de Patrick Pécherot
Folio policier, 314 pages, 7

Ô rage d’acier Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114
6.50 €
LMDA PDF n°114
4.00 €