La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Engeland

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Delphine Descaves

Fausta Kinsel est une photographe (fictive) et au fil du roman nous découvrons son travail, ses interrogations, et surtout la quête qui a hanté sa longue existence et irradié toute son œuvre : retrouver des traces de Houdini, son ami d’enfance. Un soir en effet, lors d’une des promenades nocturnes dans Berlin dont les deux enfants étaient friands, Houdini, qui s’est aventuré au bord d’une fosse profonde, est tombé. Il ne marche plus ; désormais il se refuse à voir quiconque - y compris Fausta - et lui propose une relation épistolaire : « ils ne partagent plus le même territoire de vie. Ils s’écrivent d’ailleurs. Les lettres surgissent d’un au-delà du quotidien. Un territoire du rien. » Mais Houdini disparaît un jour, complètement… Ce sont sans doute parmi les plus belles pages du livre, celles qui évoquent cet amour étrange et fondateur, où « si quelqu’un les arrête sur le trottoir pour leur poser une question, l’un répond, pendant que l’autre se tait. Celui des deux qui parle garde les yeux baissés, l’autre dévisage silencieusement l’interlocuteur. » Devenue jeune adulte, Fausta rencontre un professeur, Valère, dont elle apprendra à ses dépens la noirceur… La construction du roman, qui mêle biographie imaginaire et texte romanesque, fonctionne plutôt bien, et on se laisse prendre par le mystère de Fausta, par le vide énigmatique de la disparition de Houdini et la déflagration de cette absence dans la vie de la photographe. écrite au présent le plus souvent, la narration capte le lecteur, l’intrigue parfois. Plus attendu est le rôle du méchant Valère, qui rappelle un art du roman assez classique, avec ses retournements de situation et ses coups de théâtre. On se surprend cependant à désirer voir les photographies de Fausta, et c’est sûrement une des habiletés de Pierre Cendors de réussir ce pari : nous faire véritablement croire à l’existence de ses personnages.

ENGELAND
dE PIERRE CENDORS
Finitude, 214 pages, 17

Engeland Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115 - 6.50
LMDA PDF n°115 - 4.00