La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jean-Christophe Bailly
L’écume des âges

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

Dans Un lac immense et blanc, une femme, entichée de l’écrivain Giorgio Bassani et de films néoréalistes italiens, laisse affleurer ses souvenirs. Michèle Lesbre donne corps à une mémoire sensible.

Tôt le matin, avant de traverser le Jardin des Plantes pour s’enfermer dans un bureau, Edith Arnaud s’accoude au comptoir du Café lunaire. Là où, chaque mercredi, elle guette la discussion du serveur et de l’homme du train de 8h15, tous deux natifs de Ferrare, ville italienne située en Émilie-Romagne. Or, quand commence Un lac immense et blanc, décor et habitudes sont comme chamboulés. Edith Arnaud a pris un jour de congé et se rend à la gare d’Austerlitz dans l’espoir d’évoquer, avec celui qu’elle surnomme l’Italien, Ferrare, le delta du Pô, alors même qu’ils n’ont jamais échangé ne serait-ce qu’un mot. L’homme est absent ; les grilles du jardin sont closes. Tout semble se refuser, s’estomper. Paris est recouverte d’un lourd manteau de neige sur l’écran blanc duquel la somnambule éveillée de Michèle Lesbre va finalement, par intermittences, projeter les images d’autres temps de son existence. Le temps des utopies politiques et de la lutte des classes, avec Antoine, son jeune amant, Lise et Jean, au cœur du plateau enneigé de l’Aubrac. Les jours de convalescence, enfant, chez Mme Renée, une « fermière moustachue » exhalant l’herbe et la vache. Ou, entre autres, à la faveur d’une « apesanteur de fin d’histoire d’amour », les semaines passées dans un couvent de Ferrare, parmi les chants de nonnes dissipées et discrètes.
Palimpseste tout ensemble grave et lumineux, Un lac immense et blanc requiert une certaine aptitude à la lenteur, au silence et à l’association libre. Au-delà de la disparition non résolue d’Antoine, de « son geste », Michèle Lesbre impose une présence, un climat. Soit un véritable paysage romanesque dont les infinies correspondances – esquissons-en un réseau : noir de l’encre / noir (et blanc) des films d’Antonioni / corbeau freux / ombre d’Antoine sur le lac – sont comme une invitation à la relecture.

Un lac immense et blanc est un monologue intérieur. Pour quelle raison privilégiez-vous systématiquement ce procédé narratif ?

Quelque part, Pontalis écrit que, dans l’autofiction, c’est le « je qui s’écrit ». J’aime beaucoup cette formule ; je la lui emprunte. Pour la compléter, j’ajouterais volontiers que la fiction est une nécessité pour accéder à ce qui m’est le plus proche. Un des moyens pour y parvenir est l’emploi de la première personne ; emploi d’autant plus facile que mes personnages féminins endossent ce qui est à l’origine du roman. Je leur délègue la mission d’aller au bout du chemin que je leur ouvre, tout en m’impliquant. Cela ressemble un peu à la relation d’une comédienne avec son personnage ; personnage auquel elle va prêter sa singularité, sa vision personnelle du monde, tout ce qui fait la qualité d’une interprétation. Et si la formule de Pontalis me plaît tant, c’est parce qu’elle englobe la part d’imaginaire et l’affleurement de l’inconscient qui portent le récit vers ce point où le « Je » de l’écriture se confond avec celui, par exemple, d’Edith Arnaud.

Les...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €