La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jean-Christophe Bailly
Drôle de paroissien

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123 | par Éric Dussert

Fils de la bourgeoise autrichienne, Alfred Eibel est une figure singulière du Paris littéraire. Lié au monde du polar, du roman noir et à quelques écrivains très denses, il a été critique durant quarante ans. Jubilé.

Alfred Eibel est un personnage sur la place de Paris. Désormais chenu, il est depuis 1974 l’homme entreprenant, non sans grandeur, la plaque tournante de mille et un projets, l’homme des connexions et des bonnes lectures qui a grandi en même temps que les Sorin et Guégan du Sagittaire. Editeur, anthologiste, préfacier, romancier (Le Chien merveilleux, Acropole, 1987) et critique, il n’avait pas eu encore son jubilé et le printemps 2011 remédie à la lacune en proposant un tir groupé d’ouvrages qui sont autant de pistes d’excellentes lectures.
Lancé dans l’édition comme un boulet avec un pavé intitulé Hors commerce – la jeune maison du Sandre réédite ce pavé de monumentale inconscience commerciale –, Alfred Eibel éditeur donna corps à des ouvrages d’Etiemble, Roger Judrin (dont il préside l’association des amis), Georges Perros, Yves Martin, Claude Schmitt, ou Jean-Pierre Martinet qui lui doit le sursaut d’audience qu’il connaît depuis quelques années. Discret quant à lui, il aura fallu un regain d’intérêt pour le patrimoine culturel qu’il représente désormais pour qu’il accepte de dénouer la bourse de ses souvenirs et de montrer ses trophées.
Né le 5 avril 1932 à Vienne, Alfred Eibel est l’héritier cosmopolite d’une Mittleuropa disparue. A tel point qu’on ne serait pas étonné de le voir crever l’écran dans les rues où fraye M le Maudit. Fils d’un militaire qu’il ne connaîtra pas et d’une mère qui se remarie à un riche industriel tchèque, juif et consul de Belgique en Tchécoslovaquie, il assiste à l’arrivée d’Hitler à Vienne, menace que sa famille fuit pour Bruxelles où il fréquente les meilleures institutions pédagogiques.
Lâchant le manche de sa maison d’édition au début des années 1980 – sa bibliographie figure sur l’alamblog.com –, il prit la direction d’une collection chez Flammarion puis s’adonna totalement à la critique littéraire. Son nom figure dans bon nombre de journaux depuis Le Quotidien de Paris jusqu’aux Nouvelles littéraires en passant par les Lettres françaises, sans oublier Matulu, fugace journal de rare effusion.
Ami de Fritz Lang qui l’invita à habiter son home d’Hollywood, Alfred Eibel sut toujours garder l’œil lorsqu’il s’agissait de littérature et de cinéma – ses amis sont autant de cinéphiles. Du polar aux écrits de Chine, il s’adonna aux belles pages tout en se gardant des modes et du qu’en dira-t-on. L’avenir dira s’il a su s’y prendre, mais la liste de ses collaborateurs et le sommaire des recueils critiques qui paraissent montrent assez bien ce qu’il en est. Il est ainsi probable son nom reste accroché à ceux d’Yves Martin, Gabriel Matzneff, Noël Devaulx, Bernard Delvaille ou Roger Judrin – aux côtés de Pessoa, Prokosch, Léo Malet ou Dalton Trumbo, tous collaborateurs anthumes ou posthumes de son fameux Hors commerce, comme Jim Thompson qui y publiait un récit inédit, La Cité des gens merveilleux, et comme Jean-Pierre Martinet avec lequel il échangeait une correspondance salée dont une partie...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°123
6,50 €
LMDA PDF n°123
4,00 €