La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Appels d’Eire

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

Avec son troisième recueil de nouvelles, l’Irlandaise Claire Keegan explore l’intimité de personnages rongés par leurs envies, leurs rancœurs, leurs ratés. Toujours en sourdine.

A travers les champs bleus

Claire Keegan aime à prendre son temps. Plus de dix ans se sont écoulés depuis la parution au Royaume-Uni de son premier recueil de nouvelles, L’Antarctique. À travers les champs bleus propose huit nouveaux récits. Si le décor reste le même, des histoires toutes simples, un soin extrême apporté aux détails, le ton a un peu changé. Il y a plus de retenue, de silences, dans ses familles déchirées, ses personnages abîmés. On retrouve cette douleur sourde, lancinante, et cette étrange douceur, qui traversaient déjà Les Trois lumières (publié en France en 2011, en réalité postérieur aux textes qui composent ce recueil). Claire Keegan poursuit l’élaboration d’un univers toujours plus contemplatif, plus secret, empreint de mystères, de magie parfois. « La nuit des sorbiers », qui clôt À travers les champs bleus, en appelle ainsi à la malédiction et à la guérison, avec en exergue l’extrait d’un conte de fées irlandais. Au cœur de ses histoires, une Irlande sans âge, presque hors du temps, ses hommes attachés à leur terre et ses femmes délaissées qui aspirent à sortir de leur ombre, exister par elles-mêmes, se venger parfois. Exemplaire, Martha, dans « La fille du forestier », mal mariée par résignation « plus seule maintenant qu’à n’importe quel moment de sa vie de célibataire », mais capable de créer de véritables moments de grâce devant les voisins attablés : « elle avait un vrai talent de conteuse. Lors de ces rares soirées, ils la voyaient cueillir les fruits de son imagination et les révéler devant eux. Ils repartaient avec le souvenir (…) de la femme dont les cheveux brun foncé flottaient plus librement au fil des heures et de ses mains pâles cueillant des histoires improbables comme des prunes vertes qui auraient mûri au fur et à mesure du récit près du feu ».
L’espace, « immense, découvert » sert ces portraits plus vrais que nature. Une Irlande déserte, même sous le soleil, donne corps aux écrits : « il y avait la terre et le feu et l’eau sur ces pages ; il y avait un homme et une femme et la solitude humaine. Quelque chose dans l’œuvre était fondamental et simple ». Difficile de mieux qualifier les récits de Claire Keegan. Lesquels « attache(nt) une grande valeur à des choses ordinaires que les autres dédaignent pour la simple raison qu’elles se produisent tous les jours ».

Vous avez fait le choix de vous tourner vers la nouvelle plutôt que le roman. Qu’est-ce qui vous retient dans la forme brève ?
Je ne suis pas absolument certaine de savoir ce qui me plaît dans la nouvelle. Peut-être ce degré d’intensité qu’on atteint sur un texte bref, qu’on ne retrouve pas dans un roman. Faire court devient un impératif : sur la durée, il est évidemment impossible de maintenir la même force. Et puis, il y a aussi une forme de simplicité, de modestie du récit, quand le narrateur est moins engagé, presque parfois comme réticent. La nouvelle ne profite pas de ce mouvement de fond qui pousse le roman. Une bonne histoire filtre...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°138
4.00 €