La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches La Doublure

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Blandine Rinkel

Ce livre étant un roman, il doit se commencer à la première page et se finir à la dernière » : voilà l’avertissement que donne Raymond Roussel pour introduire sa Doublure, projet littéraire de 1896 pour le moins étrange, à la croisée du récit versifié et du documentaire folklorique. L’auteur se sert en effet d’un peu moins de 6000 alexandrins et d’une centaine de clichés sur les carnavals au 19e siècle pour déplier la tragique trajectoire de Gaspard, un comédien raté. Sans chichi ni sentimentalisme, Roussel peint la tragédie multicolore d’une doublure éternelle, d’un acteur qui se sait condamné aux seconds rôles. Formellement atypique, La Doublure n’est cependant pas un docile recueil de poésie à lire par bribes éparses. Ce roman biscornu exige une lecture fleuve : il faut y plonger. C’est que son intérêt ne réside pas tant dans sa construction poétique (les vers de Roussel, isolés, étant assez pauvres) que dans l’écoulement de son histoire, tout en jaillissements d’improbable et en dialogues électriques. À suivre la déambulation du jeune Gaspard et de sa compagne Roberte depuis la joie du carnaval de Nice jusqu’à la l’angoisse des tréteaux de Neuilly, on rit de croiser des « gros à dominos » et des « jeunes pierrots », on savoure l’absurde du costume d’un « enrhumé du cerveau » ou le grotesque d’un « bébé noir difforme » et on s’étonne d’un homme danseuse pleurnichard nommé Antonia ou d’un mendiant mesquin, dont on bourre le chapeau de confettis. En somme, se saisissant de l’écriture comme d’un art visuel, Raymond Roussel brasse des images lumineuses et/ou grotesques pour nous immerger dans son univers tragiquement festif. Un crawl baroque exigeant.

Blandine Rinkel

La Doublure
Raymond Roussel
L’Imaginaire, 185 pages, 8.90

Le Matricule des Anges n°145 , juillet 2013.
LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €