La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Pier Paolo Pasolini
Mécanique du désir

octobre 2013 | Le Matricule des Anges n°147 | par Valérie Nigdélian

Si personnelle qu’elle fascine, ou agace… Plongée au cœur d’une œuvre complexe tiraillée entre passion et idéologie, qui traversa trente ans de l’histoire italienne.

Aller au-delà du personnage, du saint, de la mise en scène. Dépasser la tentation hagiographique ou victimaire. Tenter de penser Pasolini comme un problème, vivant. Avec Philippe Di Meo, traducteur de La Nouvelle Jeunesse (mais aussi de Manganelli, Zanzotto ou Gadda), voyage aux confins de l’enfer et du paradis pasoliniens, au cœur des contradictions d’une œuvre et d’un homme tout à la fois obscurs et lumineux qui, plus que d’entrelacer son drame personnel au drame historique, tenta de conférer au premier la valeur universelle du second.

Vous avez traduit La Nouvelle Jeunesse, un recueil écrit en 1975 où Pasolini reprend, selon un effet de miroir déformant, un autre recueil, écrit, lui, en 1953, et intitulé La Meilleure Jeunesse. Ce texte à la fausse symétrie est peut-être la meilleure façon d’entrer dans l’œuvre poétique de Pasolini…
On voit souvent Pasolini d’abord comme un intellectuel engagé ou un cinéaste. Sa médiatisation, par la simplification outrancière et commode qu’elle implique, en a fait un « personnage », et même une sorte de stéréotype. Chez les intellectuels eux-mêmes, cette approche fait la plupart du temps l’impasse sur l’œuvre littéraire, pourtant prodigieusement riche. Parce que ce texte conjugue le début et la fin d’un homme et d’une œuvre, inséparables l’un de l’autre, La Nouvelle Jeunesse donne un raccourci saisissant du parcours humain, poétique et littéraire de Pasolini. C’est en outre un livre unique dans les annales de l’histoire littéraire, puisqu’il consiste en la réécriture minutieuse, en 1975, de La Meilleure Jeunesse, paru en 1953. Tout ce qui y était paré d’un signe positif se voit attribuer un signe négatif dans la seconde version ; à la louange idéalisante et enjouée des débuts succède l’amer désenchantement de la fin : « sur tes lèvres de rose et de miel » devient ainsi « sur tes lèvres de fiel et de merde ». Mais la rédaction la plus récente ne se substitue pas pour autant à la plus ancienne : seule l’optique a changé. Il ne s’agit donc pas du remaniement classique d’un texte, ni même de sa correction, mais bel et bien de la juxtaposition de deux textes qui s’excluent l’un l’autre, tout en se complétant, d’une certaine façon : dans cette disposition des textes, il y a à la fois sacralisation du premier état, par sa réfutation blasphématoire, et caviardage destructeur de l’abandon lyrique initial. La Nouvelle Jeunesse est donc le démenti de La Meilleure Jeunesse, d’un temps irrémédiablement enfui. Deux vérités, deux temporalités se côtoient, mais entre ces deux moments, le poète se révèle incapable de choisir : c’est tout son drame, de sorte que le point de vue pertinent est précisément suggéré par la structure bifide du volume. La vérité n’est décelable dans aucun de ses volets, mais se donne pour interstitielle et renvoie à un troisième livre, potentiel, non écrit – sinon in absentia –, sécrété par l’apposition de ces deux états d’un même texte. La somme des deux versions campe une...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°147
6,50 €
LMDA PDF n°147
4,00 €