La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais L' Amazone et la cuisinière

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151 | par Thierry Guinhut

L' Amazone et la cuisinière

À l’heure où les débats sur l’égalité des sexes font rage, il est bon de dépasser le déni de réalité ou l’idéalité d’un monde unisexe. D’où vient cette prégnante division sexuelle du travail ? L’anthropologue Alain Testart permet de déceler, comprendre les croyances enfouies au fond des comportements humains et de la préhistoire.
Pourquoi les femmes ne chassent-elles pas, ne sont ni soldats, ni bouchers ? Une immense majorité de cultures les cantonne à la maternité, au tissage, à la cueillette. Parce que le sang des règles et de l’accouchement entraîne une conséquence inouïe : « Les armes que n’utilisent pas les femmes sont celles qui font couler le sang des animaux ». On évite « la conjonction du même avec le même » de peur de catastrophes, ce qui se justifie dans le cas de la consanguinité. De plus, « ce partage des tâches est strictement parallèle à celui entre domaine animal et végétal », sauf aux régions arctiques. L’explication « combine motifs symboliques et contraintes économiques ». De même la femme est exclue de la prêtrise (mais aussi du rabbinat) parce qu’elle ne peut toucher le sang du Christ. Le suicide est partagé selon les sexes, sanglant ou non. Cave à vin, sidérurgie, sont royaumes masculins, les sous-marins français sont encore interdits à la femme ! Il y a « laboureur et semeuse », car la charrue coupe la terre, alors que le sexe féminin est associé à une coupure. L’agriculture est féminine quand les Iroquois sont d’abord guerriers. Et le progrès technique semble défavorable à la femme, « servante de la machine » : dès qu’un travail devient métier, il devient masculin…
Seules chasseresses et soldates, Diane et Jeanne d’Arc, parce que vierges… Tabous et préjugés s’effacent à grand-peine. Les Israéliennes sont couramment des amazones, quand les cuisinières sont encore rarement les grands chefs. L’essai, aussi clair que roboratif, permet de radiographier la persistance de nos mentalités, pourtant dignes d’évoluer.


Thierry Guinhut

L’Amazone et la cuisinière
Anthropologie de la division sexuelle du travail
Alain Testart
Gallimard, 192 pages, 17,90

Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4.00 €