La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie De la poésie

mai 2014 | Le Matricule des Anges n°153

Saluons la très soignée édition de De la poésie d’Ossip Mandelstam, avec la nouvelle traduction qu’en propose Christian Mouze. Ce dernier précise que l’ensemble de ces textes, rétablis dans leur premier jet (contrairement à l’édition de 1928 qui fut aménagée par les « fourches caudines de la censure ») est gouverné par l’intuition : « il ne s’agit pas en priorité de démontrer (…), mais de dire et vouloir dire, du plaisir de la parole (…). Mais ce plaisir n’a rien d’un tissu léger et flottant : c’est une force profonde. Sous une trompeuse impondérabilité, il y a le poids même et la gravité du métier assimilé ». Ces douze essais (de « De la nature du mot » au fameux « De l’interlocuteur », en passant par Blok, le XIXe siècle russe, Villon, Chénier, etc.) écrits entre 1913 et 1928, sont aussi essentiels que le puissant Entretien sur Dante (1933), ils en ont la même force rayonnante et vertigineuse. Les quelques exemples suivants suffisent à figurer comment l’écriture savante de Mandelstam, toute étayée par une connaissance précise des auteurs évoqués, se mêle à une pensée par images, l’une et l’autre spiralant, pour dessiner la constellation d’une ferveur où lecteur et auteur se touchent l’un l’autre. Le process de sa lecture est un aiguillon actif qui cherche à pointer la véracité d’une position, cette acmé où la chose vue, la sensation, la perception, se rejoignent en la justesse d’un phrasé comme arraché à l’ombre du réel. De Blok, il cite les « parfums lointains des citronneraies / Et les masses enfumées de Cologne », évoquant « sa spontanéité d’inspiration » vers le matériau même, là il rappelle de Pasternak son « puissant appareil respiratoire », et plus loin, du poème lui-même : « Encore une fois j’assimile le poème à une barque funéraire égyptienne, tout y est en réserve pour la vie, rien n’est oublié dans cette embarcation ».

E. L.

De la poésie
Ossip Mandeltam
Traduit du russe par Christian Mouze
Suivi de « Mots pour De la poésie »
Olivier Gallon
Éditions La Barque, 122 pages, 15

Le Matricule des Anges n°153 , mai 2014.
LMDA papier n°153
6.50 €
LMDA PDF n°153
4.00 €