La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie La Chanson du matin de Lord Zero

avril 2015 | Le Matricule des Anges n°162 | par Éric Dussert

La Chanson du matin de Lord Zero

Durant vingt ans, le lecteur français n’a eu accès qu’à deux proses de Conrad Aiken (1889-1973), Un cœur pour les dieux du Mexique (La Table ronde, 1991 ; 2001) et Blue Voyage, tortueusement publié en 1994 sous le titre d’Au-dessus de l’Abysse (Gallimard) – parce qu’Aiken fut le mentor de Lowry. C’était bien peu pour ce catalyseur de la poésie américaine, admiré par Ezra Pound, T. S. Eliot et William Faulkner, qui voyait dans son œuvre un « éclair bleu » dans le ciel gris de la poésie américaine. Grâce aux efforts conjugués des éditions La Nerthe et La Barque – on dirait deux Parques ! – paraissent peu à peu des poèmes qui illustrent la puissance du lauréat du prix Pulitzer poésie 1931 : il y eut son chef-d’œuvre poétique, La Venue au jour d’Osiris Jones (La Nerthe, cf. Lmda N°148), Neige silencieuse, neige secrète (La Barque), voici La Chanson du matin de Lord Zéro.
Conrad Aiken s’est inscrit sans barguigner dans la modernité et a usé de formes symphoniques et de thématiques granitiques. À l’instar de son personnage Osiris, son œuvre se caractérise par le magistral ballet de ses personnages dans un cosmos polyphonique et empreint de mythologie. Elle devient pour chaque lecteur le rien obsédant qui fascine, comme sa fameuse Faubion (Blue Voyage). Ici, Lord Zéro, « Joueur et de nature dépensière » aux prises avec un texte de la grande maturité, où, au-delà de sa récurrente recherche de la tranquillité par l’inconscience et le laisser-aller, il interroge le lyrisme et la poésie. « Azraël ne passe pas ici / n’ombre pas cet arbre aujourd’hui ». Conrad Aiken a fait graver sur sa tombe ces quatre mots : « Cosmos Mariner/ Destination unknown ».

Éric Dussert

La Chanson du matin de Lord Zéro
Conrad Aiken
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Blanchon
La Barque, 40 pages, 8

Le Matricule des Anges n°162 , avril 2015.
LMDA papier n°162
6.50 €
LMDA PDF n°162
4.00 €