La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Master

février 2016 | Le Matricule des Anges n°170 | par Laurence Cazaux

Voici une jolie proposition théâtrale pour les adolescents. La pièce commence, c’est le début d’une heure de cours de musique dans un collège. Le professeur annonce une interrogation orale sur l’origine du hip-hop en France. L’élève interrogé ne sait pas vraiment répondre aux questions, il se fait rabrouer par le professeur qui le menace d’un zéro pointé. Mais refuse de rejoindre sa chaise. Il cherche à montrer que le rap est réfractaire à toute autorité et se met à déclamer : « La matière que t’enseignes est une matière inflammable./ Joue pas avec les allumettes,/ Tu vas cramer ton bac à sable./ Va faire cours aux maternelles,/ Ils aiment bien les belles histoires,/ Et ils croient ce qu’on leur raconte./ C’est ce qu’il te faut comme auditoire./ Nous on a grandi trop vite,/ Mais on n’a pas fait exprès./ C’est à cause de tes potes les flics,/ Les ministres et les préfets,/ A cause de la République,/ De la désintégration, / des cours d’instruction incivique, / Et de la désassimilation./ »
Le professeur répond à l’agression : « Tu gesticules de la glotte, / Mais dans le fond t’as pas de style, / Et dans l’fond t’as pas d’fond / Tu joues au dur mais t’es fragile, / Tu fomentes une révolution qui tourne autour de ton nombril. » L’élève, dans un dernier geste, tague le tableau noir, un peu à la Prévert. L’heure de cours est bien entamée, le professeur interrompt la bataille verbale pour donner son commentaire sur ce qui vient de se passer, comment l’élève a sublimé sa colère tout en gardant le sens du rythme. Il propose de nombreuses améliorations, entre autres sur les rimes, pour finir par la traditionnelle note.
La pièce pose question sur ce rapport maître/élève, qu’est-ce qui s’échange entre ces deux-là ? Quelle est la part de créativité, de ludique, de transgression, comment s’exerce l’autorité ? Master qui semble pouvoir se jouer partout, devrait trouver de nombreuses oreilles pour écouter cette leçon singulière.
L. Cazaux

MASTER
DE DAVID LESCOT

Heyoka jeunesse / Actes Sud-Papiers, 56 pages, 10,50 e

Le Matricule des Anges n°170 , février 2016.
LMDA PDF n°170
4.00 €