La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Feu rouge

mars 2016 | Le Matricule des Anges n°171 | par Éric Dussert

Le peintre russe Maxim Kantor s’est tourné vers la littérature. Résolument et après plusieurs essais polémiques sur l’état de la Russie post-soviétique et la démocratie glissant au totalitarisme — essais que nous n’avons pas lus. Son présent roman est manifestement une œuvre de longue haleine : plus de sept cents pages denses comme une traverse en acier et rutilantes comme un sous-marin neuf, noir et rouge, pour tracer la fresque de trois familles à travers l’histoire européenne du siècle dernier, de 1917 à nos jours.
Le récit boucle autour des derniers jours d’un philosophe juif finissant sa vie dans un hôpital plongé dans les affres de la guerre d’Ukraine, se poursuit dans un repas protocolaire où s’invite un juge d’instruction vécu comme un cancrelat inacceptable par les élites présentes et, à l’avenant, se poursuit pas à pas, mauvais coups après sales moments, avec sauts de carpe, dans le dédale des combats et des idéologies dont le XXe siècle a si bien su tresser les faisceaux. C’est, dit le sous-titre, un « roman cathédrale » et, en effet, le dossier monte haut de ce livre qui tourne au roman à thèse, où les dialogues finissent cependant par ronger l’aventure.
« Si je rapporte des faits en détail, c’est dans un seul but : je ne veux pas qu’il me soit reproché d’être pleutre ou de taire la véritable histoire. » Sans doute Maxim Kantor fait-il décemment, parfois astucieusement et avec une certaine force d’évocation littéraire, le panorama d’une histoire complexe, mais il reste au lecteur la sensation d’avancer en crabe. Le peintre maîtrise bien l’art de la satire, on en regrette d’autant plus son goût de l’explication car son désir de mettre en lumière les obscénités de la Russie post-soviétique tourne (involontairement ?) à la louange du réunificateur impérial Poutine. Une curiosité, quoi qu’il en soit.
Éric Dussert

FEU ROUGE
DE MAXIM KANTOR
Traduit du russe par Yves Gauthier,
Louison éditions, 751 pages, 29


Le Matricule des Anges n°171 , mars 2016.
LMDA papier n°171 - 6.50 €
LMDA PDF n°171 - 4.00 €