La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Frictions

mars 2016 | Le Matricule des Anges n°171 | par Guillaume Contré

Fréquenter les chemins balisés n’est pas sans dangers. Curieux axiome que ce recueil de nouvelles démontrera si besoin était. Chacun des cailloux du sentier où l’auteur avance d’un pas trop assuré semble cacher quelque référence littéraire évidente, une série de noms plus ou moins disparate qui reliés ensemble configurerait une certaine carte des lettres du vingtième siècle (hispanophone, mais pas seulement). Une écriture de l’invention paradoxale, du conte fantastique, de l’inquiétante étrangeté, de la biographie apocryphe ou du jeu littéraire. Borges ou Calvino, Cortázar ou Wilcock, Schwob ou Perec semblent embusqués derrière chaque buisson, trop rachitique pour bien les cacher. Règne alors un air de famille gênant. On pourra également ajouter en grandes lettres de craie sur le tableau le nom du Guatémaltèque Monterroso, cité en guise de prologue, ce qui permet à Martín Sánchez de revendiquer à travers les mots d’un autre l’identité diverse de sa boîte à malices hélas pas si malicieuse. Piquer son job à la mort lorsqu’elle vous rend visite ; l’écriture poétique comme prolongation du corps sous forme de doigts en crayons ; le monde en proie au sommeil car c’est dieu qui ronfle à tue-tête ; un comique qui saborde son spectacle dans l’espoir de dérider un vieillard au visage paralysé, etc. Autant de saynètes qui se lisent sans déplaisir, la facture meuble du style y contribuant. L’on ne peut s’empêcher de regretter pourtant une fantaisie si peu chahutée, contrôlée jusqu’à mettre les deux pieds dans le plat de l’évident, ne quittant jamais les confortables casiers d’une invention molle qui à force de chercher l’effet de surprise avec de gros sabots en finit par trébucher sur la routine du prévisible. Difficile d’écrire depuis une tradition (fût-elle élastique) sans en tirer les conséquences. Le lecteur, lui, le fera. Il lui suffira d’aller fureter dans sa bibliothèque.
Guillaume Contré

FRICTIONS
DE PABLO MARTIN SANCHEZ
Traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint Lu, La Contre allée, 224 pages, 18

Le Matricule des Anges n°171 , mars 2016.
LMDA papier n°171
6.50 €
LMDA PDF n°171
4.00 €