La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Ayam

avril 2016 | Le Matricule des Anges n°172 | par Laurence Cazaux

Partir en écriture est un dispositif mis en place par le Théâtre de la Tête noire à Saran et son directeur, Patrice Douchet. Une vingtaine d’écrivains ont ainsi sillonné le monde. Luc Tartar s’est rendu au Mexique en 2012, au Yucatán plus précisément. Il raconte : « Le but premier de mon voyage était de rencontrer les descendants des Mayas. Ce qui m’intéresse, au-delà du mystère de cette civilisation disparue, c’est son rapport à la mort et ce qu’en retiennent les hommes d’aujourd’hui : souvenons-nous du fantasme entretenu en 2012, aux États-Unis et en Europe, autour de la fin du calendrier maya… » Au cours de son voyage, qui se déroule en même temps que la fête des morts, Luc Tartar découvre que le taux de suicide chez les adolescents du Yucatán est l’un des plus élevés d’Amérique.
De ce voyage est né Ayam (Maya à l’envers), une pièce baroque et déchirée traitant du suicide et de l’inceste. Trois jeunes adolescents, Saïd-Emmanuel dit Ayam, sa sœur Dulce et son fiancé Enrique se retrouvent le jour de la fête des morts, dans une cantina, un parquet-salon. Ayam et Dulce dansent la salsa pour les touristes et pour gagner leur vie. Mais ce soir-là, la mort entre elle aussi dans la danse. Dulce disparaît et tente de mettre fin à ses jours. La forme prise par l’auteur pour raconter cette fable est singulière. Les trois protagonistes vont porter la parole des multiples témoins de cette soirée, avec en parallèle des réminiscences de moments passés au bord d’un cénote, un endroit assez magique, un puits naturel souterrain, ancien lieu rituel où les mayas pratiquaient des sacrifices en offrande au dieu de la pluie. Ayam est une pièce courte, rythmée et tendue. Luc Tartar aime bien donner la parole à des jeunes adolescents, qui, comme des funambules, dansent avec les mots en équilibre sur un fil, à deux doigts de la chute.
L. Cazaux

AYAM
DE LUC TARTAR
Lansman éditeur, 34 pages, 9 e

Le Matricule des Anges n°172 , avril 2016.
LMDA papier n°172
6.50 €
LMDA PDF n°172
4.00 €