La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Voyage sans agrément

septembre 2016 | Le Matricule des Anges n°176 | par Guillaume Contré

On connaît l’Uruguayen Horacio Quiroga (1878-1937) pour ses nouvelles fantastiques, genre si prégnant dans les lettres du Rio de la Plata et qu’il a presque inauguré. Ses Contes d’amour, de folie et de mort ont créé une dynamique de l’étrange et de l’inquiétant qui a fait école. On connaît également sa vie, où les malheurs n’ont cessé de s’enchaîner jusqu’à son propre suicide au cyanure. Mais avant cela, en 1900, année de l’Exposition universelle, il y a l’indispensable voyage à Paris, dont doit alors s’acquitter tout intellectuel latino-américain digne de ce nom. De ce voyage, reste un journal, l’occasion pour le lecteur de se plonger dans une double intimité. Celle, bien sûr d’un jeune homme de 20 ans en terres étrangères, mais aussi voire surtout celle d’un écrivain en formation, dont l’œuvre reste à écrire. Un texte mineur mais un document d’intérêt.
« Paris est une bien belle chose », « pleine de lumière », certaines de ces choses « éblouissantes », lit-on le 25 avril 1900. Pourtant, après l’ennui du voyage en bateau et malgré les grands boulevards et sa foule bigarrée, le Jardin des plantes, l’exposition, les compatriotes qu’il côtoie sur place, le séjour est une déception. Les problèmes d’argent le tenaillent. Le 4 juin, il confie : « Mon séjour à Paris a été une série de catastrophes inattendues, une implacable restriction de tout ce à quoi on aspire ».

Guillaume Contré

Journal de voyage à Paris, de Horacio Quiroga, préface
et traduction de François Géal, PUL, 150 p., 16

Voyage sans agrément Par Guillaume Contré
Le Matricule des Anges n°176 , septembre 2016.
LMDA papier n°176
6.50 €
LMDA PDF n°176
4.00 €