La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Guadalupe Nettel
La vie, mode d’emploi

octobre 2016 | Le Matricule des Anges n°177

Avec une élégante finesse, Guadalupe Nettel dessine deux portraits de solitaires que la vie effraie. Et donne par l’écriture la force d’aimer ce qui advient.

C’est un roman d’une grande sensibilité qui laisse autant de sensations que le soleil dépose de reflets sur la nappe d’une rivière. Quelque chose de fragile et de puissant tout à la fois, insaisissable et fluctuant. Dans une alternance permanente deux narrateurs s’ouvrent à nous. Claudio, d’abord, qui apparaît d’emblée comme un cousin des personnages monstrueux de Guadalupe Nettel : l’homme s’enferme à triple tour dans une routine qui vise à lui épargner la présence des autres. Cadenassé à l’intérieur de son appartement ou de son bureau d’éditeur, Claudio ne connaît presque que la sexualité pour aller vers l’autre. En l’occurrence, le Cubain qui travaille pour une maison d’édition de New York a rencontré une « cougar », Ruth, qu’il baise comme il serait écrit quelque part que les Cubains doivent baiser les blondes américaines. Il le fait toutefois, et c’est aussi là que réside la force de persuasion de Nettel, avec un mélange de remords, de reconnaissance et de lâcheté, de tendresse parfois. On saura, vers les dernières pages du livre, d’où vient ce qui empêche Claudio de s’ouvrir totalement à ses contemporains.
L’autre qui s’avance au-devant de nous est une jeune étudiante mexicaine, Cecilia, arrivée à Paris où elle a froid, où, après avoir cohabité avec une joyeuse Cubaine, elle se choisit un appartement qui donne sur le cimetière du Père-Lachaise. Ça tombe bien (sans jeu de mots), elle aime les sépultures. Elle rencontrera Tom, voisin de palier qui collectionne les livres des auteurs enterrés sous ses fenêtres. Tom est entre deux mondes : celui de la vie qu’il a brûlée avec ferveur, celui de la mort qui l’attend et vers laquelle sa maladie le conduit sans aucun doute possible. Poreuse au monde qui l’entoure, Cecilia est touchée par le jeune homme. On suit les confessions de Claudio et celles de Cecilia qui s’enchaînent les unes aux autres et lorsque Claudio accompagne sa maîtresse à Paris on sait qu’ils se rencontreront. Personne ne croit vraiment aux coups de foudre, sauf ceux qui passent leur vie à vouloir les éviter : Claudio est de ceux-là et il engage sa vie dès lors dans une passion qui paraît démesurée. Tom parti depuis des mois en Sicile, disparu quasiment, Cecilia accueille gentiment les élans de Claudio, qu’elle recevra à Paris, qu’elle ira rejoindre à New York, quelques jours seulement : on n’enferme pas les cœurs dans des coffres-forts. De retour à Paris, Cecilia retrouvera Tom revenu de son pèlerinage intime. Elle apprendra beaucoup de la vie et des hommes en fréquentant l’hôpital où désormais son ami est reclus.
L’histoire que nous raconte Guadalupe Nettel est tissée de mille fils, de souvenirs de l’un et de l’autre, d’histoires enfouies au plus profond de la nuit. Mais c’est aussi une quête qui s’ouvre à nous. Celle de l’inaccessible présence de l’autre. Celle qui abolirait les frontières entre les pays, entre soi et les autres, entre les vivants et les morts, entre aussi l’enfant qu’on fut et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°177
4.00 €
LMDA papier n°177
6.50 €