La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’Autofictif à l’assaut des cartels d’Eric Chevillard

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Chloé Brendlé

L' Autofictif à l’assaut des cartels : Journal 2015-2016

Mars 2077, politique-fiction. Les pages du Pléiade de Jean d’Ormesson ont été recyclées et composent désormais l’intégrale de L’Autofictif d’Éric Chevillard. Il faudrait un papier aussi précieux que du papier bible pour abriter cette arche de Noé, aussi léger, aussi. Car L’Autofictif est un drôle d’animal, une éphéméride. Jour après jour l’auteur y refait le monde à sa façon, le repeuplant de loups et d’orignolles, d’ornithorynques ou de manchots ; jour après jour il le défait, esquivant les confidences trop intimes des diaristes et le compte-rendu banal. Oh bien sûr, on y roule un peu sa bosse (Mexico DF, la Guadeloupe, Dijon, le château de Branle), l’on y croise du monde (des énergumènes en kalachnikov et les dents de Houellebecq), mais qui voudrait se replonger dans l’année 2015-2016 ne s’y retrouverait pas tout à fait.
C’est le neuvième volume de L’Autofictif, le même livre et un autre, que les huit précédents. Il s’appelle L’Autofictif à l’assaut des cartels. Il est à peine plus âgé que les deux petites filles, Agathe et Suzie, qui donnent – et souvent piquent – la réplique à l’écrivain. Il est aussi raisonneur et poète qu’elles, forge des maximes, ironise tous azimuts, manipule calembours et « colis bris », fait retrouver leurs couleurs aux expressions. À ceux qui préfèrent les récits aux fragments, on ne saurait trop conseiller Ronce-Rose, paru au même moment chez Minuit : l’on y suit les péripéties d’une cousine potentielle d’Agathe et Suzie. Mais revenons à notre bestiaire. Sous ses allures d’anthologie, L’Autofictif est une invitation à s’émouvoir, s’irriter, se rétracter. Mi Prévert, mi Jules Renard. À considérer parfois les mots plutôt que les choses – choses rêvées plutôt que vues. Chevillard ne sauve peut-être pas le monde, mais il nous console, un peu, de sa folie. « Car chaque journée est un rêve incohérent qui ne se tient que grâce à la syntaxe. »

Chloé Brendlé

L’Autofictif à l’assaut des cartels d’éric chevillard
L’Arbre vengeur, 223 pages, 15


L’Autofictif à l’assaut des cartels d’Eric Chevillard Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €