La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Camera obscura

mai 2017 | Le Matricule des Anges n°183 | par Dominique Aussenac

L' Image d’un autre monde

Et s’il n’y avait qu’un livre ? Celui que Jacques Laurans cisèle sous forme de miniatures, depuis plus d’une soixantaine d’années, mêlant récits autobiographiques, essais, livres d’artistes, critiques cinématographiques, littéraires ou musicales. Ici, en quelques brefs poèmes en prose, il instille à nouveau ses parts d’ombre et de lumière, révèle quelques nœuds de vie et de petite mort. A-t-il enfin trouvé sa place dans ce monde ? « Lointain,/Et si près de nous/On l’imagine seulement/On ne peut y entrer  ». Du soleil du Maroc qui l’a vu naître, il a toujours préféré la pénombre, celle des salles de cinéma. À l’instar d’un Truman Capote qu’il cite, quelle faute a-t-il à avouer à son père dans ces nouveaux confessionnaux ? « Vaincre la peur, ses fautes et ses faiblesses./Il ne cherche que ça. » Et ce père a-t-il laissé une place pour lui à contre-jour ? Et si c’était le fait d’avoir quitté l’enfance qui l’ait empêché d’avoir la vie de Monsieur Tout le Monde ? Être passé trop rapidement de l’éblouissement de ses tendres années et ses Tours de France cyclistes qu’il recomposait dans son jardin aux salles obscures ? « J’étais à la fois spectateur/et comme à l’intérieur des choses./J’étais mon double et j’étais moi-même. » À moins que sa propre existence ait pu avoir déjà été vécue par d’autres ? Kafka ? Cocteau ? Laurans survit grâce à une fraternité de papier, de pellicules et d’émois esthétiques. Les personnages de Shadows de John Cassavetes, « film-frère  », le hantent. « Leur présence sort du cadre ;/Elle se rapproche et me rejoint,/elle me tend les bras, traverse l’océan/Et m’offre une autre vie, cette vie que je n’ai pas encore vécue.  » Jacques Laurans a des allures de Peter Lorre, le héros de M le Maudit de Fritz Lang, vrai-faux coupable, innocent tueur d’enfant, le même effarement, la même fièvre, la même ferveur. Il nous émeut et nous ressemble. Dominique Aussenac

L’Image d’un autre monde, de Jacques Laurans, Voix d’encre, 74 pages, 15

Camera obscura Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°183 , mai 2017.
LMDA papier n°183
6.50 €
LMDA PDF n°183
4.00 €