La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Joël Baqué
Quand l’écriture fait mouche

septembre 2017 | Le Matricule des Anges n°186 | par Thierry Guichard

Née du plaisir du texte et portée par le génie de la langue, l’œuvre de Joël Baqué dépayse en même temps qu’elle laisse deviner des passerelles souterraines qui relient les livres entre eux. Pour notre bonheur.

Imaginons un instant que plusieurs mondes, plusieurs univers coexistent à celui dans lequel nous évoluons. Mettons qu’il y a le monde réel (si réel a un sens) qui serait celui dans lequel nous vivons (si vivre a ce sens-là). En parallèle il y aurait les univers créés par l’imaginaire, mondes ludiques, cinématographiques, oniriques, littéraires. Mondes où l’on s’évade parfois pour ouvrir un peu nos esprits tenus serrés dans le carcan du quotidien. Mais imaginons qu’il existe aussi un monde dont le peuple est celui des mots. Un univers autonome de la langue, de la syntaxe, du lexique. Ce monde-là affleure parfois dans le réel comme ces icebergs détachés de la banquise que des chasseurs d’eau préhistorique vont chercher au large des eaux froides. Si ce monde existe bien, on imagine aisément que c’est de cet univers que vient Joël Baqué, quand Baqué Joël est tout entier requis par le monde réel. Il n’y a qu’à le lire, se laisser prendre dans la fluidité de ses phrases, la manière avec laquelle elles génèrent des images, des trappes par lesquelles c’est un bonheur de tomber. Comment les mots irriguent les pensées vers des horizons insoupçonnés, comment le lexique fait bifurquer le récit au détour d’une virgule, fait apparaître un manchot empereur dans un vide-grenier de Toulon. C’est comme si l’écrivain, habile surfeur de la phrase, savait traverser l’opacité des symboles que sont les mots pour nous faire voir l’univers qu’ils portent en eux. Comme si l’écrivain n’était au final que le fixateur qui vient, sur le papier photo, figer le monde que la langue a révélé. Et qu’il le fasse avec une telle délicatesse, laisse présager qu’on pourra à lire Joël Baqué, toucher à une nature humaine aussi préhistorique que l’eau de la banquise, qui sait ?
On était convenu de laisser les belles naïades profiter de la piscine de l’hôtel niçois où nous avions commencé l’entretien, pour poursuivre l’échange par mails successifs. En effet, pour que les mots de la littérature viennent accompagnés de mouches et de hérons, il ne fallait pas rester à proximité des belles sirènes dorées.

Joël Baqué, vos premiers livres émargent au registre de la poésie même si le tout premier, Angle plat (2002) est écrit en prose. Considérez-vous votre œuvre poétique comme l’antichambre du roman auquel vous vous consacrerez par la suite ?
Trois livres de poésie ont en effet précédé mon premier roman dont j’ai commencé l’écriture « sans préméditation », du jour au lendemain, du fait de circonstances extérieures très personnelles qui m’ont conduit à créer des personnages, à raconter une histoire, choses alors nouvelles pour moi et que je n’avais jamais envisagé de faire. Je continue à écrire des textes relevant du genre poétique ou qui par commodité y sont assimilés, des romans et des textes que j’appelle « transgenres », comme La Mer c’est rien du tout.

Mais comment choisissez-vous d’écrire dans un genre plutôt que dans un autre ? Et la poésie que vous...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°186
6,00 €
LMDA PDF n°186
4,00 €