La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Maria à tout prix

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Éric Dussert

L' Œuvre romanesque complète

L’hiver balayant les trottoirs d’un air russe glacial, on ne sera pas étonné que la lecture des Mains vides de Maria Borrély (1890-1963), court roman du chômage et de la faim, provoque quelque frisson aux âmes des plus empathiques. Ce livre de 1932, triste fruit de la crise de 29, est une véritable merveille de littérature. « On était quatre grands amis enchaînés par le sort… » Sur un tempo semblable à celui de Joseph Delteil, mais dans des phrases plus vigoureuses, cousues comme celles d’un Giono, c’est un livre touchant, brutal et beau habité par tous les vents de la Vallée du Rhône et cheminant doucement sur ses chemins empierrés. Les personnages de l’institutrice et militante Maria Borrély égrènent leurs misérables existences avant de s’étaler, amorphes, sur les bancs de Marseille. « Sa figure est enflammée par la faim. Dans ses oreilles, des cloches bourdonnent, la tête lui tourne et presque, il commence à voir les étoiles du ciel en plein jour. » À ranger près de Marc Stéphane (Ceux du trimard) ou de Claude Seignolle (La Gueule), ce roman est le point d’entrée idéal d’une œuvre imbécilement négligée. Par bonheur, la coopérative Parole réédite Le Dernier Feu, préfacé par Giono, Sous le vent, Les Reculas, et ajoute un inédit, La Tempête apaisée. On y trouve de la vie, de la mort, des armes à feu et de la terre, des villages qui meurent. Ces cinq livres placent Maria Borrély avec Marie Mauron parmi les grands écrivains de Provence.
Éric Dussert

L’Œuvre romanesque complète, de Maria Borrély
Éditions Parole, 60 (12 pièce)

Maria à tout prix Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €