La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Pensée en expansion

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Richard Blin

Lieux exemplaires

Elle module du sens en métamorphose et en devenir, Flora Bonfanti, une Brésilienne née en 1987, et dont le premier livre développe une forme de pensée-écriture au croisement de Michaux et de Borges. Dans « Précis du silence et du bruit », elle part d’un constat : « Le langage crée des oppositions et dissimule les asymétries. Il se fabrique une balance, pose sur chaque plateau un mot et, rajoutant les grammes manquants, force un équilibre qui n’existe pas. » Ces faux équilibres, elle va les prendre à revers, les repenser au moyen de la logique et de l’analogie. Qu’en serait-il si l’on assimilait le bien au silence et le mal au bruit ? Si l’on rendait symétriques l’ordre et le désordre ? La construction et la destruction ? « Des siècles requis pour construire un monument, un instant pour l’abolir. » Au nom du principe de réversibilité, la durée de destruction devrait être égale à la durée de construction. Mourir serait une lente « dégestation », et tuer consisterait à « défaire non seulement le corps de la victime, mais aussi sa conscience », c’est-à-dire qu’il faudrait « lui désapprendre tout ce qu’il a appris ». Ce sens de l’à rebours, Flora Bonfanti, dans un second ensemble, « Les véhicules de l’esprit », en fait le sésame de sa réinvention du monde. « La civilisation ne commence pas quand l’homme ayant taillé le premier silex l’utilise. Elle commence quand l’homme d’à côté saisit ce silex et le fait sien. » Ce vol, « geste qui sous-tend le langage », est à l’origine d’énoncés développant une analogie entre le silex, le feu et la lettre, « véhicule d’esprit ».
Aventure mentale – « Et si ce qui pense en moi et ce qui se fait en moi étaient une seule conscience ? » – ce livre ouvre un fascinant dédale de perspectives auréolées de légendaire. Comme s’il n’y avait que la langue pour transmuer l’impossible en possible. Richard Blin

Lieux exemplaires, de Flora Bonfanti
Éditions Unes, 80 pages, 16

Pensée en expansion Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°198 , novembre 2018.
LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €