La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Nuit sauve, d’Hélène Frédérick

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200 | par Chloé Brendlé

La parole d’Hélène Frédérick est rare. On est heureux de la retrouver avec La Nuit sauve, titre mystérieux, récit amer, tendre, d’un feu de camp adolescent en terres québécoises. On conseillera seulement d’éviter la quatrième de couverture. Dans la lignée de Forêt contraire (2014), le nouveau récit d’Hélène Frédérick est davantage une évocation qu’un roman, un théâtre d’ombres dans la nuit : à travers les voix discordantes de trois ados, non loin de champs de maïs, émergent, s’évanouissent et parfois refont surface des corps mous, des désirs durs qui ne durent pas. Ils sont à l’aube de l’âge qu’on dit adulte, viennent de passer le bac, tentent de donner une forme à des vacances irréversibles. « Je suis de la communauté des éponges » dit Fred ; « ma fascination m’encombre » dit Mathieu ; « faire des montagnes à partir de rien » dit Julie. Marshmallow, pétard mouillé, fonte et fusion, la nuit se contracte et se dilate. Avec une justesse impressionnante, l’écrivaine rend les contradictions des corps, dit les masques et les vertiges dans la poitrine, nous tient sur la corde entre deux précipices. Elle parvient à la fois à transcrire la quête atemporelle de soi et à produire un manifeste très actuel contre « l’instrument à conformer », l’absurdité des orientations précoces et de l’endettement qui attend les étudiants nord-américains. Que personne ne nous attende et qu’il faille d’ores et déjà « rattraper » les « révoltes d’un autre temps », tel est l’un des nombreux « désapprentissages » qu’entrevoient les figures de La Nuit sauve. La littérature malgré tout sauve quelque chose, et l’auteure a la mélancolie malicieuse. Au-delà d’une parenthèse d’été, elle tente et glisse une voix en italiques, qui emprunte – peut-être – à la fois à la prose poétique des Vagues de Virginia Woolf – traduisant, comme elle, de furtifs « déplacements de conscience » – et à la saisie générationnelle des Années d’Annie Ernaux, captant une époque, entre désir et dé-fête.

Chloé Brendlé

La Nuit sauve, d’Hélène Frédérick
Verticales, 178 pages, 17,50

La Nuit sauve, d’Hélène Frédérick Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°200 , février 2019.
LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €