La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Là-bas si j’y suis

mars 2019 | Le Matricule des Anges n°201 | par Guillaume Contré

Explorateurs, touristes et autres sauvages

Sorte d’histoire universelle de la sauvagerie (qui n’est pas forcément là où croyait la trouver le conquérant Européen aveuglé par la poutre obstruant son œil), ce recueil, constitué, selon les mots de l’auteur, « d’histoires mineures, exemplaires, qui, ensemble, racontent une histoire plus grande », expose les grandeurs et misères de l’ethnographie aux quatre coins du globe, de la découverte de l’Amérique à l’écotourisme. S’inspirant de ces livres anciens qui compilaient et arrangeaient à leur guise des textes et récits de sources diverses, Jean Talon, membre italien de l’Oulipo, dresse non sans humour une galerie d’anecdotes tirées d’une vaste bibliographie où textes sérieux et fantaisistes se mêlent (l’improbable Formose décrite par le Japonais d’opérette George Psalmanazar, dont la prétendue langue ressemble curieusement à l’italien). Toutes tournent autour de la rencontre avec l’autre, ce fameux « sauvage » dont les coordonnées de vie sont si différentes que de fort surprenantes étincelles ne peuvent qu’en jaillir. Ainsi, l’Espagnol Cabeza de Vaca se convertira en sorte de dieu guérisseur parcourant l’Amérique centrale, tandis que le Français René Caillié subira maintes humiliations afin d’être le premier occidental à mettre les pieds dans une Tombouctou finalement décevante. Le Russe Nikolaï Maklaï s’endormira recroquevillé aux pieds de Papous qui découvraient en sa personne l’homme blanc, alors qu’un Patagon devient un vrai dandy anglais ne supportant pas de tacher ses chaussures avant de retourner à sa vie hirsute et dénudée. Un indien Kwakiutl, en voyant un paratonnerre, se demande pourquoi « ils avaient mis un totem dans un endroit aussi peu accessible ». Le très sérieux ethnologue Evans-Pritchard, quant à lui, voit l’objectivité de son étude de la sorcellerie chez les Azandes perturbée par la vision nocturne d’une boule de feu. C’est bien « la stupeur et l’émerveillement » qui intéresse Talon, « avant que l’habitude ne vienne tout normaliser ».

Guillaume Contré

Explorateurs, touristes et autres sauvages, de Jean Talon
Traduit de l’italien par Stéphanie Leblanc, Plein jour, 160 pages, 16

Là-bas si j’y suis Par Guillaume Contré
Le Matricule des Anges n°201 , mars 2019.
LMDA papier n°201
6.50 €
LMDA PDF n°201
4.00 €