La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Rococo ou drôles d’oiseaux

mars 2019 | Le Matricule des Anges n°201 | par Yann Fastier

Rococo ou drôles d’oiseaux

En 2015, trois ouvrages concomitants mettaient au jour les sympathies fascistes et l’antisémitisme avéré d’un certain Charles-Edouard Jeanneret-Gris dit « Le Corbusier », bétonneur bien connu, déclenchant une polémique telle que les milieux universitaires et culturels en ont le secret. François Chaslin, lui-même critique d’architecture et ex-producteur à France Culture, était l’auteur d’un de ces livres (Un Corbusier, Seuil). Revenant ici sur l’affaire, c’est avec une sorte de désolation amusée qu’il en observe les répercussions et dégâts collatéraux : désinformation massive, raccourcis et à-peu-près journalistiques, lynchages médiatiques instantanés et dénonciations calomnieuses lui fournissent une riche matière pour une réflexion élargie sur la notion souvent bien mise à mal de vérité. Partant du très opportun pseudonyme choisi par l’architecte, il convoque avec force citations corbeaux, geais, choucas et volatiles de toutes sortes, toute une volière, enfin, dont les croassements, piaillements et gazouillis viennent à point nommé soutenir son propos quant aux joies de la délation, du plagiat, du vain bavardage et des réseaux zoziaux.
Qu’on ne s’attende pas, toutefois, à une démonstration en bonne et due forme : l’auteur se veut lui-même un drôle d’oiseau, dont le bon plaisir est de sautiller de-ci, de-là, sans plan bien établi que celui de prétendre divertir le lecteur d’une affaire au fond sans grande importance (même si bon quand même, hein). Et c’est un peu la limite de ce Rococo, dont la forme très soignée (cahiers non massicotés, gaufrage de couverture, nombreux et fort jolis dessins de l’auteur, papiers de couleur et bel effort de typo…) finit par excéder le fond, qui frise assez souvent le pro domo pour paraître un peu vain. Et fait que l’on éprouve en fin de compte autant de plaisir à le lire que de doutes quant à la nécessité de le conserver sur ses étagères.

Yann Fastier

Rococo ou drôles d’oiseaux, de François Chaslin
Éditions Non Standard, 520 pages, 28

Le Matricule des Anges n°201 , mars 2019.
LMDA papier n°201
6.50 €
LMDA PDF n°201
4.00 €