La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Nouvelles de prison, d’Albertine Sarrazin

juin 2019 | Le Matricule des Anges n°204 | par Dominique Aussenac

Quelle vie de mistoufle ! Albertine Sarrazin, abandonnée à sa naissance en 1937, violée à 11 ans, envoyée en maison de correction par son père adoptif, fugueuse, prostituée, braqueuse, évadée, recondamnée, dix ans de prison… Et pourtant quel talent ! Quelle fraîcheur ! Albertine Sarrazin, un souffle, une écriture vive, innovante mâtinée d’argot, d’anglicismes, de langage châtié. Une voix singulière, émancipatrice. Elle écrivit la majorité de ses douze ouvrages en cellule. Connut un succès fulgurant avec ses romans La Cavale et L’Astragale. Ces Nouvelles de prison sont plus inégales. Trois d’entre elles décrivent un milieu carcéral dur, écrasant, mais révèlent paradoxalement une joie de vivre, une espièglerie, une force de vie étonnantes. À corps perdu dans l’écriture, Albertine, observatrice fine, sensible dresse ici des portraits sans complaisance mais très humains. Telle prisonnière que la prison structure et qui ne supporte pas la liberté. Telle surveillante vacharde ou réglo. L’aumônier. Les hommes, Julien, celui qu’elle aime et qui est aussi en prison. Le rapport à l’autorité, à la soumission. Les menus détails du quotidien, les petites combines, la crèche qu’elle confectionne tous les ans. Tout prend ici une lumière particulière, rédemptrice, loin du blafard. La quatrième nouvelle relate le séjour à Tunis qui lui a permis de recevoir en 1966 le prix des Quatre Jurys décerné à l’auteure qui concourt aux quatre prix littéraires (Renaudot, Femina, Goncourt et Interallié) avec La Cavale. Moins aboutie, elle instille quelques fulgurances. « L’avion est une sacrée leçon. Après cela, on sent que l’on pourrait en ‘’profiter’’ sans fin, garder une veulerie moindre, des yeux mieux émerveillés devant le monde d’en bas, le monde prêté pour les secondes mouvantes où nous passons bien gréés, bien cousus dans notre éphémère. » Elle décédera un an plus tard à 29 ans à la suite d’une erreur médicale.
Dominique Aussenac

Les éditions du Chemin de fer,
120 pages, 15

Nouvelles de prison, d’Albertine Sarrazin Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°204 , juin 2019.
LMDA papier n°204
6.50 €
LMDA PDF n°204
4.00 €