La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Les athlètes de la foi

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Thierry Guichard

Le nouveau et étrange roman de Joël Baqué nous convie à vivre démunis dans le désert Syrien au Ve siècle, à l’ombre de Syméon le stylite et de son biographe Théodoret de Cyr. Deux adeptes de l’austérité si radicale qu’elle nie l’humanité.

L' Arbre d’obéissance

On est loin du village de Montblanc (Hérault) où se déroulait La Mer c’est pas grand-chose (P.O.L, 2016), loin aussi des manchots empereurs de La Fonte des glaces (P.O.L, 2017). L’Arbre d’obéissance qui paraît cette année, se situe pour l’essentiel dans un désert écrasé de chaleur, abandonné de Dieu si Dieu a jamais existé. Quelques villages de misérables éleveurs sont disséminés à ses abords, quelques ruines témoignent de l’aridité des lieux que ponctue un monastère où « accueillir » ne se décline à aucun temps. C’est là que veut se rendre l’adolescent Théodoret, au grand dam de son père qui le bat pour lui faire abandonner son projet. Mais le jeune garçon a reçu l’Appel à quoi il serait vain de résister. Moine il sera donc, parmi les plus pauvres, se couchant face au sol, nez dans la poussière, avec une humilité qui frise la prétention. Théodoret traverse le désert, manque y mourir dix fois, parvient asséché et loqueteux devant le monastère de Téléda dont les portes ne s’ouvriront pas pour lui pendant plusieurs jours afin que les moines puissent mesurer la force de sa foi. Il y entrera finalement, tenu de rester silencieux et d’y remplir les tâches les plus basses. C’est là qu’il croisera (dans ce monastère, on ne rencontre pas) Syméon plus jeune que lui et plus radicalement engagé dans la négation de soi. Il n’est pas encore le stylite que la foule des croyants viendra idolâtrer, seul sur sa colonne des années durant. Il est un gamin habité par la foi (dira l’Église), la peur de l’enfer (sous-entend Joël Baqué). Syméon quittera plus tard le monastère, ira se perdre au fond d’un puits, mettant sa survie dans les mains de la Destinée qui lui enverra des moines, dont Théodoret, pour le sauver d’une mort imminente à laquelle il semblait s’accorder. Syméon reprendra la route du désert, inventera de monter sur une colonne de pierre pour se tenir loin des hommes sans guère manger ni boire, priant le Très-Haut et devenant pour l’Église un athlète de la foi propre à convertir les incrédules et à faire venir à elle les âmes impressionnables.
Joël Baqué tisse le récit de la vie de Syméon à celle de son biographe, Théodoret qui se raconte plus qu’il ne raconte la vie du futur saint. Théodoret n’a pas les renoncements de son modèle, il aura donc un avenir dans la hiérarchie épiscopale. Loin de nous guider vers une forme de mysticisme, Joël Baqué restitue au saint son humanité niée : l’odeur de charogne qui l’habite, les vers qui le rongent et la torture qu’il s’inflige devraient ainsi nous rendre à la raison et nous détourner d’une foi qui s’apparente à un sport de dupes.

Joël Baqué, vos lecteurs de La Mer c’est rien du tout et de La Fonte des glaces risquent d’être surpris par votre nouveau roman. Non seulement son sujet est inattendu, mais le ton même du livre peut surprendre. Comment vous est venu le projet d’écrire autour de Syméon le stylite et son biographe Théodoret ?
Comme pour tous mes livres, une phrase s’impose à...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°207
6.50 €
LMDA PDF n°207
4.00 €