La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Putain d’Olivia

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Yann Fastier

Olivia a tout d’une bombe : la plastique et le caractère. Pour l’avoir vaguement draguée dans un bar où il grattait la guitare, Max ne tardera pas à connaître sa douleur. Passé le bref état de grâce qui les propulse tous deux façon Cap Canaveral vers un septième ciel couleur chair, il la découvre assez copieusement névrosée, capricieuse et, surtout, sujette à des colères dévastatrices et d’autant plus fréquentes que se met en place une relation toxique, tissée de haine et de dépendance sexuelle. Ni l’un ni l’autre ne lâchera le morceau, malgré l’évidence de leur échec : ni Olivia, chantage au suicide à l’appui, ni Max, aussi velléitaire que persuadé de son génie littéraire, même s’il tarde un peu à se manifester. « Ce qu’il y a de pire avec la douleur, c’est qu’il n’y a rien de plus anodin. » Ainsi Max, lucide pour une fois, résume-t-il a posteriori, l’enfer quotidien dans lequel il a fait son nid. Cela vaut-il mieux que l’embourgeoisement qu’il redoute au point de systématiquement fuir tout emploi stable ? Au fond, Max est un naïf et sous les airs dessalés qu’il se donne, c’est un branleur, un apprenti, tout pétri d’admiration pour ses modèles, Henry Miller au premier chef, dont on ressent encore ici l’influence déterminante en matière de crudité démasquée. Mais aussi Simenon, Bukowski, bien sûr, Dostoïevski et, plus généralement ces romanciers d’une humanité sans illusion sur elle-même, pour qui le jus des poubelles vaut bien n’importe quelle encre précieuse quand il s’agit de faire surgir une beauté que l’on n’attendait plus. Double transparent de l’auteur, « héros » prolétaire de plusieurs de ses romans, Max Zajack sera l’un d’eux, dont on assiste ici à la naissance au laminoir.
« Hating Olivia »… Le titre original le dit peut-être mieux. Olivia est certes un puits d’emmerdes mais elle n’est pas une putain. Ou si putain il y a, c’est une putain d’accoucheuse. Yann Fastier

Putain d’Olivia, de Mark SaFranko
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Annie Brun, La Dragonne, 344 pages, 20

Le Matricule des Anges n°207 , octobre 2019.
LMDA papier n°207
6.50 €
LMDA PDF n°207
4.00 €