La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacomptée

novembre 2019 | Le Matricule des Anges n°208 | par Thierry Cecille

La Bruyère, portrait de nous-mêmes

Comme il le fit naguère pour la collection « L’un et l’autre » chez Gallimard, Jean-Michel Delacomptée, de nouveau, nous fait entendre une voix. Après Saint-Simon, Bossuet, Montaigne, c’est à un écrivain aussi célèbre mais plus méconnu, à un être plus discret qu’il s’attache : Jean de La Bruyère. Un homme obscur, pourrait-on dire, en empruntant à Marguerite Yourcenar le titre d’une de ses plus belles nouvelles ? Un homme, en tout cas, que la célébrité a seulement frôlé, comme s’il avait quitté un temps les coulisses avant d’y retourner, pour continuer à scruter ces caractères qu’il collectionnait. Dans une vie « trouée de mystères  », on peut relever son emploi de précepteur chez le Grand Condé, qui fut pour lui un « poste d’observation » au cœur de la Cour, l’amitié de Boileau, un jugement favorable de Saint-Simon – qui avait pourtant d’ordinaire la dent bien dure. C’est que La Bruyère s’efforça d’être un « honnête homme », l’idéal humain d’alors, alliant la modestie à la politesse, l’intelligence à la modération, la perspicacité à l’indulgence amusée. Mais l’essentiel de son existence était sans doute l’écriture toujours recommencée de ces fragments, portraits, maximes, scènes dialoguées, anecdotes ciselées, qui constituent Les Caractères dont le sous-titre, « Mœurs de ce siècle », peut tout aussi bien concerner le nôtre.
Ce livre « est un organisme vivant  » : La Bruyère y travailla peut-être durant vingt ans – et le volume tripla entre la première et la dernière édition. Qu’on l’ouvre pourtant à n’importe quelle page et il fait mouche, pointe, pique, assomme parfois mais jamais ne s’attarde, comme s’il y avait en lui une sorte d’urgence. Delacomptée cite Jules Renard l’admirant : « le seul dont dix lignes lues au hasard ne déçoivent jamais » – et nous en faisons l’expérience à chacune des citations ici comme enchâssées. C’est que – c’est le rêve du classicisme, son horizon utopique – «  une seule forme convient au sens parfait d’une phrase » – et La Bruyère trouve cette forme.

Thierry Cecille

La Bruyère, portrait de nous-mêmes, de Jean-Michel Delacomptée
Robert Laffont, 216 pages, 18

La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacomptée Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°208 , novembre 2019.
LMDA papier n°208
6.50 €
LMDA PDF n°208
4.00 €