La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le manège des mots

avril 2021 | Le Matricule des Anges n°222 | par Laurence Cazaux

Sarah Carré nous offre un texte délicieux. Un extrait de Roland Barthes est en exergue de sa pièce : « Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. Comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. » D’ailleurs Pingouin emprunte son sous-titre au même Roland Barthes : « Discours amoureux ». En scène, deux personnages, Amazone et Abélard. Amazone a envie de jouer à l’amour. Elle veut dire je t’aime, embrasser l’autre en lui proposant un marché : « Si je te donne mon dessert, tu m’embrasses ? », ou encore elle imagine jouer à la marchande pour commander plusieurs amoureux. Pas question de s’embarrasser de grands sentiments, elle veut aller vite, faire des expériences et surtout être comme tout le monde. Abélard, lui, préfère languir, comme son arrière-arrière grand-père et attendre son amoureuse pour vivre un amour éternel. Il est plutôt attiré par le côté chevalier, les grands sentiments. Tout oppose ces deux-là. Amazone s’agace : « Tu parles comme un vieux garçon, Abélard. T’es vieux jeu. Et moi, tes vieux jeux, j’aime pas, je préfère les nouveaux. » Tous deux vont se livrer une joute verbale pendant treize séquences. À force de s’asticoter, Abélard va se dérider et se mettre à jouer pour de vrai. Et Amazone prendre le temps des grandes questions : « Tu sais, Abélard, j’ai réfléchi, ça a l’air trop compliqué d’aimer. C’est décidé, j’amourirai jamais. »
Sarah Carré a le sens de la repartie, les dialogues sont rythmés. Le texte est ludique, écrit « au plus près du plateau ».
Ce Pingouin-là est drôle et tendre avec des scènes courtes et enlevées. C’est un hymne à l’enfance, une ode aux jeux amoureux, qui permettent d’éprouver des sentiments profonds tout en basculant dans un joyeux chahut. Un texte qui donne envie de sourire. À faire écouter aux jeunes ou moins jeunes oreilles, sans aucune modération.

Laurence Cazaux

Pingouin
Sarah Carré
Éditions Théâtrales Jeunesse, 80 p., 8

Le manège des mots Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°222 , avril 2021.
LMDA papier n°222
6.50 €
LMDA PDF n°222
4.00 €