La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Parures, de Franz Bartelt

juillet 2021 | Le Matricule des Anges n°225 | par Jérôme Delclos

À se délecter de son humour, on en oublierait presque le Franz Bartelt plus grave, celui qui, avec Parures, nous parle d’amour, mais aussi de la quête du respect, de la honte et de la colère des gens de peu. L’adolescent qui s’y raconte vit seul avec sa mère dans « une zone plus ou moins périphérique » : « Quinze hectares à l’est de la ville, où, par blocs successifs, séparés par des baraquements entassés les uns sur les autres, se répandent toutes sortes de ruines. Pire qu’un bidonville. Un dépotoir ».
La mère se saigne aux quatre veines pour équiper son fils d’une distinction qui, dans ce faubourg de misère, fait fatalement scandale. « Elle m’appelait son « petit prince » et m’habillait superbement, en petit prince, avec des jabots de dentelles, des vestons en velours, des chemises d’une finesse délicieuse ». Petit poisson trop brillant dans « la vase » du quartier, l’enfant sera la victime de ses camarades comme des maîtres d’école. Il connaîtra la honte, d’autant plus vive qu’il la réalisera de mieux en mieux avec l’âge. « Il est vrai qu’à cette époque je jouais les mannequins, comme maman me l’avait appris. Je ne me déplaçais jamais sans un dandinement dont le souvenir me fait rougir aujourd’hui ». En dépit ou à cause (le lecteur jugera) de cet amour maternel, les choses vont empirer encore avec un événement qui déclenchera le zèle féroce d’un instituteur et des services sociaux. « L’assistante sociale est un mouchard au service de l’administration. Ça enquête, ça vient renifler chez les gens, ça pose des questions et, après, ça note tout sur des papiers ».
L’histoire, c’était prévisible, finira en drame, mais selon un tour inattendu. En somme un mélo profond et sensible, y compris pour de jeunes lectrices et lecteurs qui y trouveront l’occasion de réfléchir, et pourquoi pas de pleurer un peu. « En vérité, nous dit Bartelt non sans malice, ce n’est pas si mauvais d’avoir mal ».

Jérôme Delclos

Parures
Franz Bartelt
J’ai lu, 119 pages, 5

Parures, de Franz Bartelt Par Jérôme Delclos
Le Matricule des Anges n°225 , juillet 2021.
LMDA PDF n°225
4,00 €
LMDA papier n°225
6,00 €