La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Andrzej Stasiuk
Le chercheur de traces

juillet 2021 | Le Matricule des Anges n°225 | par Thierry Cecille

Aux marges d’une Europe qui, unifiée, semblerait devenir uniforme, Andrezj Stasiuk s’entête à débusquer l’insolite, l’indistinct et le déjà presque disparu. Parution de Mon Bourricot.

Depuis trente ans, l’auteur de L’Est et de Sur la route de Babadag, installé à Wołowiec, « un tout petit village aux confins du monde », guette, comme à l’affût. Pour écrire ses textes de fiction ou ses récits de voyage, il mêle aux événements de sa propre vie les souvenirs de rencontres éphémères, de paroles échangées avec des inconnus, des choses vues, toutes ces traces parfois mystérieuses d’existences excentriques ou fantomatiques. Non content d’écrire et de voyager, il a aussi créé, avec son épouse, une maison d’édition, Czarne, parmi les plus importantes en Pologne aujourd’hui. S’il nous fut impossible de nous rendre dans ces assez lointaines Carpates, nous avons pu cependant, à distance, dialoguer avec lui, grâce à l’aide de sa traductrice, Margot Carlier.

Andrezj Stasiuk, à quels désirs, à quels objectifs différents correspond votre choix de la forme romanesque ou de celle du récit de voyage ?
Mes choix sont dictés par l’ennui. Certaines formes finissent par m’ennuyer. Elles s’épuisent. J’éprouve alors le besoin de faire une pause, de m’en écarter. Les récits, disons, autobiographiques, de voyages, romanesques ou poétiques me semblent répétitifs au bout d’un moment, banals, je dois donc abandonner la forme, la modifier pour éprouver le plaisir d’écrire. Car c’est de cela qu’il s’agit au fond : de ressentir une joie sombre, douloureuse, trouble que procure l’écriture. Certains écrivains accomplissent tout simplement les objectifs qu’ils se fixent. Ils trouvent la forme qui correspond à leurs idées. Moi, je veux préserver le plaisir d’affronter la forme, de la combler. L’excitation est importante dans le processus d’écriture. Récemment, j’ai écrit un roman. Douze ans après le précédent. Complètement différent de mes autres romans. C’était pour moi un grand défi. Jusqu’au bout, je ne savais pas si j’y arriverais… Ce frisson d’incertitude, cette angoisse, quelles sensations merveilleuses ! Finalement, j’ai l’impression d’avoir plutôt réussi. C’est pour ça que j’écris.

Pourrait-on dire, avant de pénétrer plus avant dans vos livres, que vos romans penchent vers l’épico-burlesque et vos récits de voyage vers le mélancolico-élégiaque ?
Je pense qu’il faut maintenir un équilibre entre le rire et la mélancolie. Entre le ton picaresque et élégiaque. Pour cela, la littérature nous fournit d’excellents outils. La prose en particulier. C’est un peu comme un tour de montagnes russes. Au fond, le métier d’écrivain est assez monotone. Vous restez assis devant votre ordinateur à inventer des histoires. Par conséquent, il faut chercher l’excitation dans la matière que vous traitez. Vous essayez ceci, vous essayez cela. Dans l’espoir – absurde, bien sûr – d’appréhender tous les registres, toutes les tonalités. Il est très tentant d’amuser le lecteur, puis de le rendre triste. D’avoir une sorte de pouvoir sur lui : maintenant je te fais rire, et maintenant je vais te forcer à redevenir sérieux, peut-être même...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°225
4,00 €
LMDA papier n°225
6,00 €